Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Grève aux urgences du CHU de Clermont-Ferrand

mercredi 26 octobre 2016 à 18:50 Par Juliette Micheneau, France Bleu Pays d'Auvergne

Personnels épuisés, conditions de travail et d'accueil des patients dégradées : les personnels du service des urgences du CHU de Clermont-Ferrand sont appelés à la grève à compter de ce jeudi.

Les personnels des urgences du CHU de Clermont-Ferrand sont appelés à la grève.
Les personnels des urgences du CHU de Clermont-Ferrand sont appelés à la grève. © Radio France - Géraldine Marcon

Clermont-Ferrand, France

"L'épuisement des personnels des urgences pourrait nuire à la qualité des soins apportés aux patients". Ce qui ressemble à une menace est surtout un constat fait par l'intersyndicale CGT, FO et SUD qui appelle à la grève à compter de ce jeudi. Des syndicats qui estiment que les urgences clermontoises ont enregistré 6500 entrées supplémentaires en 5 ans et que les moyens humains et matériels ne suivent pas.

"Une journée sur un brancard dans un couloir, ça peut arriver, même à 91 ans". Une infirmière des urgences du CHU de Clermont

Une infirmière des urgences du CHU de Clermont-Ferrand témoigne sur ses conditions de travail.

Les personnels grévistes demandent un renforcement des effectifs, des remplacements pour leurs collègues en arrêt. Tous souffrent de ne pas avoir les moyens de faire du travail correct. "On n'a plus de place pour rentrer les brancards, on a des patients dans les couloirs, qu'on ne peut pas surveiller comme on le voudrait, on est toujours pressé, il faut toujours passer au suivant" raconte cette infirmière en poste depuis 8 ans aux urgences du CHU Montpied.

Ces soignants espèrent aussi que leur direction va pérenniser les contrats des agents de sécurité en poste la nuit et le week-end. "Dans les conditions où on accueille les patients, on a forcément plus d'agressivité", confirme l'infirmière. "Les agressions verbales, c'est presque quotidien. Les agressions physiques arrivent, et de plus en plus souvent."