Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Grève chez le fromager Bel, à Evron, pour réclamer une hausse significative des salaires

-
Par , France Bleu Mayenne

La CGT et la CFDT appellent à la grève lundi 8 mars sur tous les sites du groupe agroalimentaire Bel dont celui d'Evron, dans les Coëvrons, qui produit les célèbres mini-Babybel, afin de réclamer des hausses de salaires conséquentes, la proposition actuelle de la direction étant jugée insuffisante.

L'usine du groupe Bel à Evron en Mayenne
L'usine du groupe Bel à Evron en Mayenne - capture d'écran

Les salariés de l'usine Bel, à Evron, qui fabrique les célèbres mini-Babybel, sont appelés à la grève lundi 8 mars alors que les négociations salariales ont démarré. Un piquet sera installé toute la journée sur place. 

La proposition de la direction jugée indécente par la CGT

Tous les autres sites du groupe agroalimentaire sont également concernés, à Sablé-sur-Sarthe, à Dôle et à Lons-le-Saulnier, dans le Jura, là où est basé le siège sociale du groupe agroalimentaire. C'est la CGT et la CFDT qui incitent les employés à cesser le travail pour réclamer des hausses de salaires conséquentes.

D'excellents résultats financiers malgré la crise sanitaire

La direction ne propose, pour l'instant, que 1% d'augmentation, "indécent" souligne un responsable de l'organisation syndicale de la CGT, contacté par France Bleu Mayenne. 

Le chiffre d'affaires de Bel a pourtant progressé l'an dernier en pleine crise sanitaire, 3,5 milliards d’euros en croissance de 1,5 % par rapport à l’exercice précédent a précisé le groupe dans un communiqué : "l’année 2020 est par ailleurs marquée par le retour à la croissance de Bel France, de Bel US et de la marque La Vache qui rit, l’impact global de la crise liée à la Covid-19 sur les ventes est non significatif". Le groupe Bel se montre, par ailleurs, optimiste pour les mois à venir. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess