Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Grève chez Stanley Black & Decker Manufacturing à Besançon: le mouvement se durcit

-
Par , France Bleu Besançon

La grève se poursuit chez Stanley Black & Decker Manufacturing à Besançon. Alors qu'un accord semblait en vue vendredi 25 juin , les négociations sont à nouveau dans l'impasse et le mouvement se durcit ce lundi : les grévistes bloquent toute entrée et sortie de camions.

La grève chez Stanley Black & Decker Manufacturing à Besançon va entrer dans sa quatrième semaine
La grève chez Stanley Black & Decker Manufacturing à Besançon va entrer dans sa quatrième semaine © Radio France - Selma Riche

La grève se poursuit chez Stanley Black & Decker Manufacturing, usine de fabrication de pinces à Besançon. Grévistes et direction locale semblaient sur le point de parvenir à un compromis vendredi 25 juin, mais selon le syndicat CFDT, "la direction américaine du groupe a mis son veto", et ce lundi 28 juin, le mouvement s'est durci. 

Les salariés ont débuté leur mouvement le 8 juin, pour obtenir une hausse de leur prime d'intéressement.  Après 18 jours de conflit, les grévistes semblaient prêts à se satisfaire d'une augmentation de 30 euros bruts par mois, et d'une prime de 300 euros nets versée en juillet. La reprise du travail était en vue, selon la CFDT. Mais finalement, les dernières propositions de la direction ont jeté un froid :  augmentation limitée à 10 euros bruts mensuels et 200 euros de prime. "C'est totalement inacceptable", estime Babacar Kebe, délégué CFDT, qui ajoute que "ce sont les patrons américains qui ont fait capoter l'accord." 

La grève entre dans sa quatrième semaine

Les salariés ont donc décidé de reconduire et de durcir leur mouvement de grève, qui entre ce mardi dans sa quatrième semaine. Et le ton change, les moyens d'action aussi : "Jusqu'ici on jouait aux cartes à l'accueil, mais depuis aujourd'hui (lundi 28 juin), on bloque les entrées et les sorties de camions, l'usine est pratiquement à l'arrêt", explique Babacar Kebe. Un blocage qui aurait des conséquences sur l'autre branche du groupe, Stanley Black & Decker Tools, hébergée dans des locaux attenants et qui partage les mêmes quais de chargement et de déchargement.  

Des négociations au point mort

La direction de l'entreprise reconnaît que l'activité est "fortement ralentie", ce lundi. Pour elle, les mesures proposées sont "de qualité et équilibrées". Elle affirme "avoir mobilisé l’ensemble des ressources à sa disposition, le budget initialement fixé ayant été largement dépassé", et annonce "qu'elle ne fera pas davantage de concessions." Les négociations sont au point mort, aucune réunion entre les deux parties n'est prévue pour l'instant.
 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess