Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Grève chez vente-privée.com : les sites de Saint-Denis, du Blanc-Mesnil et de Mitry-Mory sont bloqués

vendredi 20 avril 2018 à 12:12 Par Martine Bréson, France Bleu Paris et France Bleu

Après deux jours de conflit, les grévistes de vente-privée.com durcissent leur mouvement. Ils sont une centaine rassemblés à Saint-Denis devant le siège de la société ce vendredi. Les deux autres sites, les dépôts du Blanc-Mesnil et de Mitry-Mory (Seine-et-Marne) sont aussi bloqués.

Grève à vente-privée.com à Saint-Denis.
Grève à vente-privée.com à Saint-Denis. © Radio France - Léo Tescher

Seine-et-Marne, France

Les grévistes de vente-privée.com durcissent le ton ce vendredi. Les trois sites franciliens de la société sont bloqués. Une centaine d'employés se sont rassemblés devant le siège à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) en milieu de journée. Aucun camion ne peut entrer dans les dépôts au Blanc-Mesnil et à Mitry-Mory (Seine-et-Marne), affirment les syndicats. Le site de Saint-Vulbas (Ain) est aussi bloqué. 

Toujours selon les syndicats, deux tiers des CDI chargés de la préparation des commandes ont arrêté le travail.

Des assemblées générales doivent avoir lieu ce vendredi. Les syndicats espèrent être reçus par la direction.

Les grévistes réclament une hausse de la participation des salariés au bénéfice de l'entreprise. L’enveloppe 2018 de cette participation  serait de 761 000 €, contre 2,5 M€ l’an passé et plus de 6,8 M€ en 2016.

La prime sera de 200 euros en 2018, soit selon les grévistes, quatre fois moins élevée qu'en 2017. Et il y a 4 ans, elle était, disent-ils, de 3.000 euros.