Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Grève SNCF : "Le mois de mai nous inquiète beaucoup", dit le président de la CPME en Gironde

lundi 30 avril 2018 à 10:26 Par Thomas Coignac, France Bleu Gironde

Les grèves à la SNCF et à Air France durent depuis un mois. Une situation qui pose de grosses difficultés d’organisation aux entreprises. Serge Marcillaud, président de la CPME (Confédération des petites et moyennes entreprises) en Gironde était l'invité de France Bleu Gironde ce lundi.

Un mois que la grève a débuté à la SNCF.
Un mois que la grève a débuté à la SNCF. © Maxppp - Maxppp

Bordeaux, France

France Bleu Gironde : Après un mois de grève à la SNCF et chez Air France, quel bilan pour les petites et moyennes entreprises girondines ?

Serge Marcillaud : Le bilan, c'est que plus le temps passe, plus ça devient dramatique. Que nous nous sommes victimes, au bout d'un moment, de désagréments maximums. Je pense que les quinze premiers jours, on était capables d'y faire face. Le temps qui passe nous désorganise complètement. Si vous ajoutez à cela la grève à Air France, cela nous cause vraiment des problématiques d'organisation de l'entreprise, pour la réception de nos clients, pour le déplacement de nos commerciaux, pour les déplacements des encadrements. Donc ça commence à suffire ! 

Ça commence à coûter cher c'est grâce aux entreprises girondines ?

Ça commence à coûter très cher. Je vais vous donner un exemple lié à mon entreprise. Ces 15 derniers jours, j'ai annulé cinq sessions de formation, puisque les personnes viennent de toute la France. Donc, elles viennent en train. Résultat, 100 000 euros de chiffre d'affaires en moins.

Quels sont les secteurs particulièrement touchés à l'heure actuelle ?

Les plus touchés, ce sont l'hôtellerie et la restauration. Vous rajoutez la grève à Air France, plus la météo, qui, même si elle ne fait pas grève, n'est pas au rendez-vous. Tout ça mis bout à bout, c'est un véritable problème.
Les secteurs industriels sont aussi très touchés, par rapport aux problèmes de livraison du fret. Sont touchées aussi les entreprises qui ont des forces commerciales qui se déplacent beaucoup, qui interviennent sur tout le territoire. 

Le mouvement doit durer à la SNCF jusqu'au mois de juin, comment appréhendez-vous la suite de ces perturbations ?

Je n'ose pas imaginer que ça va durer jusqu'au mois de juin. Je pense que la SNCF est une entreprise très respectable, mais que les combats d'arrière-garde ça suffit ! Il y a les réalités d'ouverture de marché à la concurrence. Les entreprises privées, on leur demande de s'adapter aux évolutions de notre pays et du monde. Je ne vois pas en quoi la SNCF s’exonérerait de ce travail.

Pourquoi la CGPME ne fait-elle pas pression en réclamant, par exemple, un service minimum ?

C'est ce ce qu'on essaye de faire. On vient d'obtenir de Guillaume Pépy la mise en place d'un guichet unique pour parler des soucis des PME. Mais, avec les jours féries, le mois de mai va être catastrophique sur l'impact et les résultats de nos entreprises. Ca nous inquiète beaucoup.  

Calendrier des jours de grève annoncés à la SNCF du 3 Avril au 28 Juin © Radio France - Visactu
Calendrier des jours de grève annoncés à la SNCF du 3 Avril au 28 Juin © Radio France © Visactu