Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Code du travail, fonctionnaires, assurance-chômage : l’exécutif se prépare à une semaine sociale tendue

dimanche 8 octobre 2017 à 18:00 - Mis à jour le lundi 9 octobre 2017 à 7:04 Par Magali Fichter, France Bleu

La semaine s'annonce chargée sur le front social, entre une réunion intersyndicale ce lundi pour réfléchir à une nouvelle mobilisation contre les ordonnances, la grève des agents publics mardi et la réception à l'Elysée jeudi des partenaires sociaux pour évoquer les prochaines réformes.

Mobilisation contre les ordonnances à Paris le 12 septembre 2017
Mobilisation contre les ordonnances à Paris le 12 septembre 2017 © Maxppp -

La semaine sera longue pour Emmanuel Macron. Plusieurs grands rendez-vous sociaux sont annoncés, aussi bien concernant les ordonnances réformant le Code du travail, que sur les prochaines réformes.

Les syndicats se réunissent pour "réfléchir" à une nouvelle journée d'action

Ce lundi, à 18h, la CGT reçoit Force Ouvrière, la CFE-CGC, la CFTC, FSU et Solidaires dans ses locaux de Montreuil pour "réfléchir" une nouvelle journée de mobilisation unitaire syndicale contre les ordonnances réformant le Code du travail. La mobilisation du 21 septembre avait réuni 132.000 personnes dans toute la France selon le ministère de l'Intérieur, plusieurs centaines de milliers de personnes selon les syndicats, mais elle n'avait réuni que la CGT et Solidaires, ainsi que des organisations de jeunesse. Cette future journée serait donc la première mobilisation unitaire, cela dit sans la CFDT, "une journée convergente des fonctionnaires, du privé, des salariés à statut, des jeunes", a expliqué Philippe Martinez, le leader de la CGT, sur franceinfo.

Pour lui, l'objectif est de "faire converger tous les mécontentements" afin de "rabattre un peu le caquet du président de la République et du gouvernement qui essaie en permanence de diviser les citoyens entre eux, mais qui ménage toujours les mêmes" . Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO, interrogé sur BFM et RMC, s'est dit quant à lui "prêt à défiler avec tout le monde (...) à condition qu'on soit d'accord sur les objectifs".

Une grève nationale des agents publics

Mardi, les agents publics prennent le relais avec un appel national unitaire à la grève par neuf organisations syndicales (CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FA, FO, FSU, Unsa et Solidaires) pour "la défense du service public". Des manifestations sont prévues un peu partout en France. A Paris, le cortège partira de la place de la République à 14h pour rejoindre la place de la Nation. Plusieurs syndicats de la SNCF appellent aussi à la grève, et les agents de Pôle emploi sont également invités à la rejoindre.

A la veille de cette mobilisation, le premier ministre Edouard Philippe assure sur Europe 1 que les fonctionnaires "ne sont pas du tout déconsidérés. Ils sont même essentiels dans le fonctionnement de notre pays et on assume pleinement les mesures qui sont prises", justifiant par exemple le rétablissement du jour de carence dans la fonction publique. "Quand il a été mis en place, il y a quelques années, il avait produit de remarquables résultats pour lutter contre l'absentéisme". La mesure a été ensuite supprimée par le gouvernement précédent, et, toujours selon Edouard Philippe, l'absentéisme a alors "considérablement augmenté".

Pas de perturbations attendues à la SNCF

La circulation des TGV, Transilien, TER, Eurostar et Thalys ne devrait pas être perturbée mardi par les appels à la grève lancés par plusieurs syndicats de la SNCF, a assuré dimanche la direction, interrogée par l'AFP.

Déjà une réunion à l'Elysée pour évoquer les prochaines réformes

Alors que les syndicats sont mobilisés contre les ordonnances, Emmanuel Macron semble ne pas vouloir ralentir le rythme des réformes. Les organisations patronales et syndicales, à l'exception de la CFDT, seront reçues à l'Elysée jeudi à 10h pour évoquer les prochaines réformes de la formation professionnelle, de l'apprentissage et de l'assurance-chômage.

  - Visactu
© Visactu