Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Grève du ramassage des déchets sur Grand Chambéry

mardi 12 février 2019 à 18:18 Par Nelly Assénat et Nathalie Grynszpan, France Bleu Pays de Savoie

Depuis lundi, les agents de collecte des déchets du Grand Chambéry (Savoie) sont en grève à l'appel de la CGT. Le syndicat réclame des avancées sur le temps de travail et sur le pouvoir d'achat des salariés. Une rencontre est annoncée vendredi avec le président de Grand Chambéry.

 Ça déborde sur les emplacements des containers dans le centre de Chambéry
Ça déborde sur les emplacements des containers dans le centre de Chambéry © Radio France - Nathalie Grynszpan

Chambéry, France

Depuis lundi, les agents de collecte des déchets du grand Chambéry (Savoie) sont en grève à l'appel de la CGT. Le mouvement a été suivi à 100% ce lundi et ce mardi. L'agglomération du Grand Chambéry précise que les Bauges ne sont pas touchées.

La CGT réclame des négociations sur le temps de travail des agents qui va évoluer au mois de juin prochain et sur le pouvoir d'achat de la soixantaine de salariés qui s'occupent du ramassage des déchets dans l'agglomération de Chambéry. 

La fin du "fini-parti"

Le syndicat réclame notamment un temps de travail à 32 heures pour tous les agents et la revalorisation des salaires et du pouvoir d'achat sous forme de primes.

Actuellement, les agents en charge du ramassage des ordures dans le grand Chambéry travaillent sous le principe du "fini-parti", c'est à dire qu'ils n'ont pas d'heures obligatoires à effectuer mais peuvent partir dès que leur tâche est terminée. L'agglomération veut changer ce mode de fonctionnement. "Des discussions sont en cours depuis des mois sur ce sujet", précise l'agglomération, "nous n'avons pas attendu le préavis de grève". 

Mercredi, les agents ont décidé de poursuivre le mouvement

La CGT affirme que des propositions leur ont été faites sur un temps de travail limité à 32 heures par semaine pour les agents en raison de la pénibilité de leur tâche. Une prime exceptionnelle serait aussi versée aux agents. En revanche, les discussions n'ont pas abouties concernant le versement d'une prime mensuelle de 50 euros pour chaque agent.  Mercredi matin à 6 heures les agents réunis en assemblée générale ont décidé de poursuivre le mouvement.  Mais cette décision pourrait bien coûter les avancées acquises en début de semaine. Faut-il poursuivre jusqu'au bout quitte à tout perdre ou accepter de "lâcher" sur la prime mensuelle ? Les agents décideront jeudi matin lors de leur assemblée générale.