Économie – Social

Grève des taxis : le blocus de l’aéroport de Toulouse-Blagnac impacte toute la zone Airbus

Par Olivier Lebrun, France Bleu Toulouse jeudi 28 janvier 2016 à 19:41

L'aéroport de Toulouse Blagnac paralysé par les taxis
L'aéroport de Toulouse Blagnac paralysé par les taxis © Radio France - Olivier Lebrun

Depuis trois jours, le barrage des chauffeurs de taxis bouleverse la vie des voyageurs de l’aéroport et des 70 000 salariés d’Airbus et de la zone aéroportuaire. Les entreprises dénoncent ce blocus qui asphyxie leur activité.

Les chauffeurs de taxis toulousains toujours aussi déterminés entament leur quatrième jour de grève ce vendredi. Ils poursuivent leur mouvement contre la concurrence déloyale des VTC et des chauffeurs Uber. Renforcés par leurs collègues bordelais ou tarnais, ils tiennent le siège de l’aéroport en filtrant les entrées.

L'aéroport de Toulouse-Blagnac où les voyageurs qui débarquent de leur vol sont privés de taxis et de transports en commun, puisque le tram T2 est bloqué, ils doivent rejoindre la ville à pied, en traînant leur valise. "Un aéroport coupé du monde, c’est très mauvais pour l’image de la ville de l’aéronautique [...] Ça ne peut plus durer", estime Alain de la Meslière, membre du directoire de l’aéroport, il en appelle aux pouvoirs publics.

Alain de la Meslière - membre du directoire de l'aéroport

70 000 salariés de la zone Airbus impactés

Entre les opérations escargot sur le périphérique, le tram et la navette aéroport bloquée, les milliers salariés de la zone aéroportuaire doivent composer avec les bouchons et annuler les rendez-vous de leurs clients. "C’est compliqué, mardi télétravail, on se lève très tôt le matin, je ne vois pas pourquoi ils nous bloquent nous, on y est pour rien", estime cette salariée. "On décale des réunions, on annule , on reporte des rendez-vous, il faut s’adapter" "Depuis 3 jours, 50% des rendez-vous avec nos clients sont annulés", réagit Pascal Fenasse, PDG d’Insitu.

Les salariés de la zone Airbus s'adaptent, mais les clients se font rares

Ce quatrième jour de blocus des taxis commence à avoir des impacts sur toute la zone aéroportuaire.

 "On ne peut pas continuer à bloquer le poumon économique de la région."  Le maire de Blagnac Bernard Keller lance un appel à la raison aux chauffeurs de taxis. "Ce n’est pas une solution de bloquer 60 à 70 000 salariés qui travaillent soit pour l’aéroport, soit pour la construction aéronautique, chez Airbus ou ATR, des gens qui travaillent à trouver des clients, des clients qui prennent les taxis à l’aéroport." 

Le maire de Blagnac - Bernard Keller

Jamais l'aéroport n'a été confronté à un blocus aussi long

L’aérogare est vide, les magasins de la galerie commerciale de l’aéroport voient de moins en moins de clients. Seuls les loueurs de voitures tirent leur épingle du jeu. "Faute de taxis, faute de transports en commun, les voyageurs n’ont plus que la voiture pour rejoindre la ville, nous n’avons presque plus de véhicule à louer", témoigne cette agente au comptoir d’une grande chaîne de location.

L’ambiance commence à se tendre entre les chauffeurs de taxis et certains prestataires de l'aéroport. C'est le cas de Daniel Bos Anjos, le directeur d'Econavette, ce spécialiste du taxi de groupe conventionné avec l'aéroport n'a plus travaillé depuis trois jours. Ses 11 chauffeurs sont au chômage technique, et ils sont harcelés tous les jours par les chauffeurs de taxis en colère. "Cela devient invivable, je ne comprends pas l’acharnement des chauffeurs de taxis", dit-il. "Je suis surpris que l’on puisse entrer comme ça sous les yeux de la police dans un aéroport pourtant protégé, en zone classée sensible dans le cadre de l’état d’urgence."

Daniel Bos Anjos - directeur d'Econavette

Installés sur le rond-point de l’aéroport, Le PC de la contestation, les chauffeurs de taxis ont reconduit leur mouvement. Les usines d’Airbus pourraient être l’une de leurs cibles ce vendredi.

►►► LIRE AUSSI | Grève des Taxis : "Il faut des actions immédiates" : Laurent Grandguillaume, député PS, médiateur pour les taxis

Partager sur :