Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Conducteurs et usagers rassemblés pour dénoncer les conditions de transport en commun à Nancy

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Environ 150 salariés et usagers du réseau Keolis se sont réunis ce vendredi 27 septembre devant le bâtiment de la Métropole du Grand Nancy. Ensemble, ils dénonçaient les conditions dégradées des transports du réseau grand-nancéien.

Les manifestants devant le bâtiment de la Métropole du Grand Nancy.
Les manifestants devant le bâtiment de la Métropole du Grand Nancy. © Radio France - Guillemette Franquet

Les salariés de Keolis ont planté un piquet de grève ce vendredi 27 septembre devant le bâtiment de la Métropole pour dénoncer leurs conditions de travail. Les usagers étaient présents pour les soutenir et critiquer à leur tour les défaillances du réseau de transport. Il y avait environ 150 manifestants

Depuis ce vendredi et jusqu'à dimanche, l'objectif des grévistes est que ni bus ni tramway ne circulent dans l'agglomération grand-nancéienne pour faire réagir Keolis, l'opérateur privé de transport en charge du réseau. 

Des conditions de transport dégradées

20% des conducteurs seraient en arrêt maladie, sur 500 conducteurs. Selon des syndicalistes CGT présents, il en manquerait une trentaine. Keolis a embauché 11 chauffeurs et en cherche encore 6 ou 7. 

Sophie, Thierry et de nombreux conducteurs sont unanimes, les conditions de travail empirent : "Parfois, on travaille plusieurs heures d'affilée", "Ça m'arrive de conduire trois ou quatre heures sans aller aux toilettes", "Je commence à avoir des raideurs dans les cervicales, dans la nuque, aux épaules, parce qu'on n'a pas le temps de se poser au terminus", "Des conducteurs arrivent la boule au ventre, d'autres repartent en pleurant, il y a un vrai mal-être humain et social dans l'entreprise".

Les usagers aussi sont mécontents, comme Blandine : "Je dois me lever plus tôt pour aller au travail, désormais ; on doit malheureusement s'adapter."

Des réunions de travail entre direction et syndicats débutent lundi. Sur la table, ces nombreux points d'accroche : les cadences des lignes, les relèves des chauffeurs et les conditions de travail, avec pour objectif de tenter de réduire l'absentéisme des conducteurs.

Ci-dessous, le préavis de grève pour ce week-end :

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess