Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social
Dossier : Mouvement de grève contre la réforme des retraites

Grève du 5 décembre : les perturbations dans le Poitou

-
Par , France Bleu Poitou

Jeudi 5 décembre, le mouvement social contre la réforme des retraites devrait être très suivi dans de nombreux corps de métier. Le point sur les perturbations occasionnées dans la Vienne et les Deux-Sèvres.

le parvis de la gare de Poitiers
le parvis de la gare de Poitiers © Radio France - baudouin calenge

Poitou-Charentes, France

Cheminots, enseignants, soignants, policiers... Plusieurs corps de métier appellent à la grève jeudi 5 décembre, pour protester contre la réforme des retraites du gouvernement, qui prévoit notamment la suppression des régimes spéciaux. De nombreux salariés du service public se disent même prêts à entamer une grève reconductible. Tour d'horizon des bouleversements à prévoir dans le Poitou.

Aucun TER dans toute la région

Dans toute la Nouvelle-Aquitaine, aucun train régional ne circulera jeudi 5 décembre. Pour l'occasion, 300 bus de substitution sont donc mis en place. Sur la ligne Bordeaux-Paris, trois aller-retour et un Ouigo seront assurés. En revanche, aucun Intercités ne sera sur les rails, mis à part un aller-retour sur la ligne Brive-Paris. A noter que les perturbations sur les lignes commencent dès mercredi 4 décembre, à 19h.

170 écoles fermées dans la Vienne

Selon Gilles Tabourdeau, secrétaire départemental du SNUipp-FSU 86, premier syndicat des enseignants du premier degré dans le département, 68% de ces enseignants seront en grève dans la Vienne. Un chiffres d'ores et déjà connu, car les personnels du premier degré doivent se déclarer grévistes au moins 48 heures avant le préavis de grève, pour permettre aux communes de mettre en place un service minimum. "Ça fait plusieurs décennies que nous n'avons pas vu une telle mobilisation dans les écoles", affirme Gilles Tabourdeau. Au total, dans 170 écoles, 100% des professeurs seront grévistes, selon le secrétaire départemental du SNUipp-FSU 86.

Dans les Deux-Sèvres, à Niort, la Ville annonce que dix écoles connaîtront des perturbations de garderie des classes non-grévistes. Soit la garderie ne sera pas du tout assurée, soit elle ne sera effective que le matin, ou uniquement le soir. Au total, 17 écoles ne pourront proposer de services de restauration entre midi et deux. Des pique-niques seront possibles dans certains établissements. La Ville prévoit de mettre en place, à l’école des Brizeaux, un service minimum d’accueil, sans restauration (pique-nique possible), pour les écoles dont le nombre d’enseignants grévistes est d'au moins 25%.

Une fermeture symbolique dans tous les commissariats du Poitou

Rarement mobilisés, les policiers ont également décidé de participer à cette journée du 5 décembre pour défendre leur régime spécial, qui leur permet notamment un départ en retraite à l'âge de 57 ans, au lieu de 62 ans. Comme les agents n'ont pas le droit de faire grève, ils organisent une journée d'action, avec notamment la fermeture symbolique de tous les commissariats du Poitou entre 10h et 15h, selon Alain Pissard, secrétaire régional de l'Unité SGP Police-Force Ouvrière. 

"Les policiers ne feront pas de travail sur initiative, ils ne répondront qu'aux appels d'urgence", explique-t-il. "Dans toute la police nationale, que ce soit sur l'activité contraventionnelle, les PV, ou l'activité judiciaire, nous aurons _un fonctionnement ralenti au strict minimum_." Les plaintes doivent également être filtrées, les moins urgentes seront reportées aux jours suivants.

Pas ou peu de perturbations au Centre Hospitalier Nord Deux-Sèvres

Aucune perturbation n'est cependant à prévoir à l'hôpital du Nord Deux-Sèvres. Mais ce n'est pas pour autant que le mouvement social n'y est pas suivi. "Les soignants ont un devoir de service minimum", explique Stéphane Dumoulin, secrétaire adjoint de la CGT au CHNDS. "C'est pas comme si on était à la SNCF ou à la RATP, il y a une obligation de soins. Ce service minimum occulte complètement le nombre de grévistes dans l'établissement." Pour signaler leur soutien à la grève, les personnels soignants ont prévu de se réunir sur les différents sites de l'hôpital, pendant leur temps de pause

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu