Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social
Dossier : Mouvement de grève contre la réforme des retraites

Transports, éducation, fonction publique : les chiffres de la mobilisation pour cette grève du 5 décembre

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

La grève interprofessionnelle de ce jeudi 5 décembre a été très suivie pour protester contre la réforme des retraites. SNCF, éducation, fonction publique, EDF : voici les chiffres de la mobilisation, secteur par secteur.

De très nombreux secteurs ont répondu à l'appel de cette grève interprofessionnelle
De très nombreux secteurs ont répondu à l'appel de cette grève interprofessionnelle © AFP - Alain JOCARD

Dans la rue, les transports et de nombreux secteurs, la mobilisation est massive contre la réforme des retraites lors de ce jeudi 5 décembre, journée de grève interprofessionnelle.

55,6% de grévistes à la SNCF

Le taux de grévistes à la SNCF s'établit ce jeudi à 55,6%, en moyenne, selon la direction de la compagnie ferroviaire. Dans le détail, 85,7% des conducteurs, 73,3% des contrôleurs et 57% des aiguilleurs sont en grève.

Lors de la grande grève du printemps 2018 à la SNCF contre la réforme ferroviaire, le taux global de grévistes le plus élevé mesuré par la direction avait été de 33,9% le premier jour du mouvement.

CGT, Unsa et SUD - les trois premiers syndicats représentatifs de la SNCF - ont lancé un appel unitaire à une grève illimitée, reconductible par période de 24 heures, contre la réforme des retraites et le maintien du régime spécial des cheminots. La grève est d'ores et déjà reconduite pour ce vendredi avec un train sur dix en moyenne.

La grève est également très suivie dans les transports parisiens, où la RATP a reconduit le mouvement jusqu'à ce lundi inclus. Comme jeudi, dix lignes de métro sur seize seront fermées dans les transports parisiens, tandis qu'un RER A sur deux et un RER B sur trois circuleront aux heures de pointe uniquement.

46,6% d'enseignants grévistes

La mobilisation contre la réforme des retraites est importante dans l'Éducation nationale avec 46,6% des enseignants en grève. Dans le détail, le primaire est le plus touché, avec plus d'un professeur des écoles sur deux en grève (51,1%). Dans le secondaire, 42,32% des enseignants n'ont pas travaillé.

De leur côté, les syndicats évoquent plus de 70% de grévistes. "Plus du tiers des écoles" étaient fermées, selon le SNUipp-FSU, syndicat majoritaire dans les écoles primaires.

Si certains enseignants pourraient être de nouveau grévistes ce vendredi, des intersyndicales doivent notamment se réunir jeudi soir et vendredi matin en vue d'une nouvelle journée de mobilisation mardi 10 décembre.

Plus d'un fonctionnaire sur quatre en grève

Plus d'un fonctionnaire sur quatre était en grève (26%) jeudi à 18h00 selon selon les chiffres communiqués par les services du secrétaire d'Etat Olivier Dussopt. D'après la CGT, le taux de grévistes dans la seule fonction publique d'Etat, qui englobe les enseignants, a atteint 45%.

Selon le ministère, un tiers des agents (32,82%) de la fonction publique d'Etat étaient en grève, une moyenne pondérée qui recouvre des taux plus élevés dans l'éducation (42,65%), une proportion de 20,38% dans les ministères hors Education nationale et 13,30% chez les exploitants publics (comme La Poste). 

Les autorités ont fait état de 13,76% de grévistes dans la fonction publique territoriale et 18,9% dans les hôpitaux (dont 8,7% d'absents et 10,2% de personnels assignés). Interrogée par l'AFP, la CGT a jugé "impossible" de donner des chiffres jeudi soir dans les fonctions publiques territoriale et hospitalière.

Sept raffineries en grève

Sept des huit raffineries que compte la France étaient en grève ce jeudi.

Pour l'instant, cela n'a pas d'impact sur les stations-service.

41,4% de grévistes chez EDF

La grève a été suivie par "50 à 60% des salariés d'EDF" selon la CGT, 41,4% de l'effectif total selon la direction. À Enedis, 60,37% des salariés présents, et 52,5% de l'effectif total étaient en grève, a indiqué la direction.

Selon la CGT, le taux de grévistes a atteint 80% dans certaines centrales nucléaires et les préfectures de Haute-Marne et de Lorraine notamment ont été privées de courant.

Vols annulés

Les compagnies aériennes ont été priées de réduire de 20% leur programme jeudi et vendredi. Air France a annoncé l'annulation de 30% de ses vols intérieurs et 10% de ses moyen-courriers.

Service minimum des policiers

Grève aussi dans la police à l'appel de plusieurs syndicats. Les fonctionnaires ont effectué un service minimum, bloquant certains commissariats. 

La police de l'air et des frontières a suivi une grève du zèle lors des contrôles, entraînant de longues file d'attente.

Une grève qui va durer ?

À la SNCF, la grève est reconduite ce vendredi. Idem et à la RATP jusqu'à ce lundi 9 décembre inclus.

Côté éducation, des intersyndicales doivent notamment se réunir jeudi soir et vendredi matin, en vue d'une nouvelle journée de mobilisation mardi 10 décembre.

La grève sera "reconductible pour un certain nombre de secteurs, c'est certain", a estimé jeudi le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez.

Face au mouvement, le président Emmanuel Macron est "calme et déterminé à mener cette réforme, dans l'écoute et la consultation", a indiqué l'Élysée, précisant que "le Premier ministre s'exprimerait vers le milieu de la semaine prochaine sur l'architecture générale de la réforme".

Pour décider de la suite du mouvement, des assemblées générales sont prévues en fin de journée, ainsi qu'une réunion vendredi matin des organisations à l'initiative du mouvement.

A l'origine de la mobilisation, le futur "système universel" de retraites par points, censé remplacer les 42 régimes existants (général, des fonctionnaires, privés, spéciaux, autonomes, complémentaires). L'exécutif promet un système "plus lisible" et "plus juste", quand les opposants s'attendent à une "précarisation" des retraités.

- - Visactu
- © Visactu - -
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu