Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les infirmiers des blocs opératoires manifestent devant le CHU de Poitiers

-
Par , France Bleu Poitou

Une vingtaine d'infirmiers des blocs opératoires se sont rassemblés ce mardi matin devant le CHU de Poitiers. Ils réclament une revalorisation des salaires et une meilleure reconnaissance de leur spécialité et de leur diplôme.

Les infirmiers des blocs opératoires du CHU de Poitiers réclament une revalorisation des salaires et une meilleure reconnaissance de leur spécialité
Les infirmiers des blocs opératoires du CHU de Poitiers réclament une revalorisation des salaires et une meilleure reconnaissance de leur spécialité © Radio France - Isabelle Rivière

Les infirmiers des blocs opératoires en grève un peu partout en France. A Poitiers, ils étaient une vingtaine ce matin rassemblés sur le parvis de la Tour Jean Bernard du CHU, le centre hospitallier universitaire. Une vingtaine seulement ? Oui car certains ont été assignés. Même si le chef de pôle a pris en compte la grève en décalent certaines opérations, il faut bien que les blocs continuent de tourner, précise la vice-présidente de la CNI de la Vienne, la coordination nationale infirmière, Sandrine Bouichou.  Derrière leur grand drap bleu tendu en guise de banderole, les blouses blanches réclament une meilleure reconnaissance de leur spécialisation et une revalorisation salariale. 

Plusieurs mois de formation pour le diplôme

Pour être infirmier de bloc opératoire diplômé d'Etat -ibode en abrégé-, il faut suivre une formation de dix-huit mois. Et elle est primordiale selon Fouad Kouache. Cet ibode rappelle que les notions de bloc ne sont abordées que de manière superficielle dans le tronc commun des études d'infirmiers, or il y a des gestes précis à apprendre et une expertise à acquérir.

"Cette formation nous permet de maîtriser des actes essentiels à la sécurité des blocs, des soignants et des patients." 

Or aujourd'hui, cette spécialité est malmenée. "En France, on n'est bien en-deçà de la moyenne des salaires européens" précise Sandrine Bouichou

Revaloriser les salaires pour susciter les vocations

Un infirmier de bloc tout juste diplômé d'Etat touche en-dessous de 2.000 euros mensuels pour une spécialité indispensable à la sécurité en salle d'opération. Qui salaires bas, dit crise des vocations. C'est l'une des conséquences de la situation actuelle.

"Qui a envie d'aller se former pour toucher si peu alors que les responsabilités sont si grandes ? interroge la numéro 2 du syndicat infirmier dans la Vienne.

Face au manque de diplômés de blocs, les établissements ont proposé des formations accélérées mais ces dernières ne sont pas sanctionnées par un diplôme. Certes, les ibo   -infirmiers de bloc non diplômés d'Etat- touchent une NBO, nouvelle bonification indiciaire, sorte de prime qui leur permet d'atteindre à peu près l'équivalent de ce que touche un jeune diplômé, mais cela nest valorisant pour personne, selon les professionnels interrogés : ni pour l'infirmier qui se retrouve au bloc sans avoir eu la formation in extenso , le diplôme et le salaire afférant, ni pour celui qui a passé 18 mois à se former, et qui constate que son expertise n'est pas valorisée sur le plan salarial. 

Au CHU de Poitiers, on compte 28 ibode pour 70 ibo, les infirmiers non diplômés. Et dans cet établissement comme ailleurs donc, le syndicat infirmier CNI réclame une revalorisation des salaires et une meilleure reconnaissance de la spécialité. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess