Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Grève SNCF : Les cheminots partent à la rencontre des usagers au Mans

dimanche 8 avril 2018 à 17:33 Par Yann Lastennet, France Bleu Maine

C'est une action menée à l'initiative de la CGT. Ce dimanche matin, les cheminots ont arpenté les allées des marchés des Jacobins et de Pontlieue au Mans. Ils sont venus expliquer, calmement, les raisons de leur colère face à des usagers parfois remontés contre eux et contre la grève.

Les cheminots de la CGT ont battu le pavé pour expliquer aux clients du marché les raisons de leur colère et de la grève
Les cheminots de la CGT ont battu le pavé pour expliquer aux clients du marché les raisons de leur colère et de la grève © Radio France - yann lastennet

Le Mans, France

Pétition dans la main gauche, journal de la CGT dans l'autre, Jacques et Didier, deux retraités cheminots arpentent les allées du marché. "Bonjour, on est des cheminots, voici notre journal" clame Didier. " Je l'ai déjà" répond un client du marché, qui soutient les agents de la SNCF dans leur mouvement de grève. "Il faut bien qu'ils se défendent sinon ils vont se faire manger". " Ce n'est jamais drôle une grève mais bon, si il n' y a pas d'autres moyens de se faire entendre" ajoute Maryvonne, une retraitée qui avoue ne pas prendre le train très souvent. "Cela fait chaud au coeur " répond Didier." Si on pouvait entendre ce genre de commentaires plus souvent parce que ce n'est pas toujours aussi sympa". La preuve quelques mètres plus loin devant le stand d'un des maraîchers " Ils font ch... tout le monde". Ou encore. "Qu'ils commencent par travailler après on verra. Moi j'ai travaillé dans une entreprise et je suis toujours vivant" lance un homme avec dédain. " On se fait traiter de fainéant, de privilégié, c'est lassant à la longue" se désole Patrick, un autre cheminot. "Moi j'ai travaillé pendant plus de trente ans et j'ai 1180 euros de pension. Voilà ! Je ne crois pas être un nanti". 

Le reportage France Bleu Maine de Yann Lastennet

Bientôt ils vont nous ressortir la prime de l'eau

Didier, un cheminot retraité, tente d'établir le dialogue avec les clients du marché. Si dans l'ensemble, les échanges sont courtois, certaines usagers sont très remontés contre la grève à la SNCF   - Radio France
Didier, un cheminot retraité, tente d'établir le dialogue avec les clients du marché. Si dans l'ensemble, les échanges sont courtois, certaines usagers sont très remontés contre la grève à la SNCF © Radio France - yann lastennet

Régime spécial, temps de travail, avantages, tous les sujets sont abordés sans tabou. Et certains clichés ont la vie dure. " Ah la prime au charbon, çà fait trente ans qu'elle n'existe plus" rigole Jacques, retraité SNCF. " Bientôt ils vont nous sortir la prime de l'eau parce qu'elle existait aussi à l'époque. C'est pour cela qu'on vient à la rencontre des gens. On veut aussi leur expliquer les conséquences du possible abandon des lignes TER jugées non rentables. Quand elles seront remplacées par des cars, les scolaires et les salariés mettront une heure de plus pour se rendre au lycée ou au travail". 

Pétition à la main, ils ont souhaité expliquer, calmement, les raisons de leur colère car les clichés ont encore la vie dure se désole Jacques, cheminot à la retraite

Et puis il y a la notion de service public. " Pour nous, cela veut dire quelque chose" ajoute Philippe, agent chargé de la sécurité en gare du Mans. "On se bat pour qu'il y ait encore quelqu'un au guichet, qu'on puisse encore réserver un train à la dernière minute et pas deux mois à l'avance". 

Philippe, un agent de la SNCF chargé de la sécurité, défend la notion de service public

Dans l'ensemble, le dialogue est courtois même si selon un sondage publié hier par le JDD, 62 % des français souhaitent que le gouvernement aille jusqu'au bout de sa réforme de la SNCF. Ce deuxième épisode de la grève se poursuit jusqu'à mardi matin. Les cheminots du Mans se retrouveront ce lundi sur le parvis de la Gare pour tenir une assemblée générale et décider de la suite du mouvement.