Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Grève SNCF : les prévisions au Pays Basque pour lundi 9 avril

samedi 7 avril 2018 à 19:29 - Mis à jour le samedi 7 avril 2018 à 19:15 Par Jacques Pons, France Bleu Pays Basque

La grève à la SNCF : acte 2. Les cheminots se sont de nouveau mis en grève depuis samedi, 19 heures, jusqu'à mardi matin. La direction nationale de la SNCF prévoit un trafic "très perturbé". Au Pays Basque ce sera extrêmement difficile.

La gare de Bayonne
La gare de Bayonne © Corbis - Jacques Pons

Pays Basque, France

Comme dimanche dans le Sud Ouest, la SNCF prévoit lundi un seul TGV aller-retour entre Paris et Hendaye. Comme dimanche aussi aucun train Intercités entre Bayonne et Toulouse. C'est à propos des trains express régionaux que la situation se complique. Dimanche, on dénombrait 63% des liaisons TER assurées toutes par autobus. Lundi, il n'y en aura que 51%.

Les prévisions de la SNCF dans la Nouvelle Aquitaine - Aucun(e)
Les prévisions de la SNCF dans la Nouvelle Aquitaine -

Circulation extrêmement difficile lundi

Il sera donc extrêmement difficile de se déplacer sur le territoire. Une inspection à la loupe du site TER Nouvelle Aquitaine est recommandée. Après Saint Jean de Luz dimanche une nouvelle assemblée générale des cheminots sera organisée lundi matin devant la gare de Biarritz à partir de 10 heures. Les grévistes comptent ensuite effectuer un picnic à l'aéroport du BAB.

Les cheminots rassemblés dimanche à la gare de Saint Jean de Luz - Radio France
Les cheminots rassemblés dimanche à la gare de Saint Jean de Luz © Radio France - Jacques Pons

La journée de dimanche à la gare de Saint Jean de Luz

A l'appel de quatre syndicats (CGT, SUD, UNSA, CFDT) les cheminots achèvent lundi le deuxième acte d'une grève très particulière. Deux jours de grève suivie par trois jours de travail auxquels succèdent encore deux jours de grève. Et ainsi de suite jusqu'à la fin juin MAIS, dimanche, à la gare de Saint Jean de Luz, les syndicats cheminots ont lancé l'idée d'aller encore plus loin, juillet, voire le mois d’août.

Actions "surprise" à prévoir cette semaine

Les prochains jours de grèves sont fixés les 13 et 14 avril prochain. Néanmoins, des actions surprises pourraient avoir lieu dès mardi dans toute la région. Une semaine spéciale puisque les parlementaires commencent à débattre du projet de réforme ferroviaire du 9 au 12 avril. Dès ce lundi, SUD-rail organise une manifestation à Paris. Pour cela, le syndicat demandait dimanche aux cheminots de se prononcer sur une grève reconductible et limitée durant cette semaine du 9 au 15. 

Le choix des 74 votants dimanche à Saint Jean de Luz - Radio France
Le choix des 74 votants dimanche à Saint Jean de Luz © Radio France - Jacques Pons

Réunis en gare de Saint Jean de Luz les cheminots ont préféré soutenir le système de la grève par blocs de deux jours. Sur 74 grévistes 67 ont voté pour le système mis en place depuis le début de la grève (les 3 et 4 avril derniers). Seulement 7 se sont prononcés pour l'idée de SUD d'une grève illimitée sur une semaine. Dès le vote annoncé, SUD rail s'est aussitôt rallié à la volonté générale. Pour la CGT le débat qui débute cette semaine est une "mascarade" selon les mots du délégué cheminots Julien Delion :

L'AG des cheminots grévistes dans la gare de Saint Jean de Luz - Radio France
L'AG des cheminots grévistes dans la gare de Saint Jean de Luz © Radio France - Jacques Pons

La semaine de débats parlementaires qui débute, "une mascarade" selon Julien Delion (CGT)

Conflit SNCF : ce qu'en pense la République en Marche 

Les négociations des syndicats de cheminots avec le gouvernement ne se déroulent pas dans une ambiance sereine. A l'issue de deux rendez vous jeudi et vendredi les syndicalistes sont sortis furieux. Laurent Blanquer, animateur de la République en Marche dans le sud Pays Baque, table avant tout sur les "syndicats réformistes" (UNSA et CFDT) face aux syndicats "durs" (CGT et SUD).

Laurent Blanquer, animateur de La République en Marche dans le sud Pays Basque, à Saint Jean de Luz - Radio France
Laurent Blanquer, animateur de La République en Marche dans le sud Pays Basque, à Saint Jean de Luz © Radio France - Jacques Pons

Laurent Blanquer, animateur LReM dans le sud Pays Basque

Conflit SNCF : ce qu'en pense le mouvement Les Républicains

En visite au Pays Basque, à Hendaye et Urrugne, samedi, le secrétaire général délégué du parti Les Républicains, Geoffroy Didier renvoi toutes les parties dos à dos. A propos du projet de réforme de la SNCF, qu'il appuie, il estime que le gouvernement Macron : "manque de courage". Pour Geoffroy Didier, le gouvernement "réforme à petit pas, c'est à dire que ce gouvernement n'est pas seulement en même temps (pour paraphraser le Président de la République) il est aussi à moitié".

Geoffroy Didier, secrétaire général délégué Les Républicains, à Urrugne samedi - Radio France
Geoffroy Didier, secrétaire général délégué Les Républicains, à Urrugne samedi © Radio France - Jacques Pons

Geoffroy Didier, secrétaire général délégué LR