Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Grève SNCF : "On s'est préparé pour ce long marathon" témoigne un cheminot bourguignon

dimanche 22 avril 2018 à 7:00 Par Fanny Bouvard et Thomas Nougaillon, France Bleu Bourgogne

Le mouvement de grève des cheminots reprend à la SNCF ce dimanche soir. Une cinquième vague de grève contre la réforme de la compagnie ferroviaire. David Michaudet, aiguilleur depuis 30 ans et mobilisé avec la CGT, témoigne sur France Bleu.

Illustration : Les passagers cherchent leur train en gare de Dijon.
Illustration : Les passagers cherchent leur train en gare de Dijon. © Radio France - Lila Lefevbre

Saint-Jean-de-Losne, France

David Michaudet à 50 ans et ça fait maintenant 30 ans qu'il travaille à la SNCF. Il est aujourd'hui aiguilleur à Saint-Jean-de-Losne et surtout très engagé dans le mouvement de grève débuté le 3 avril. "On s'est préparé pour un marathon calé sur le calendrier parlementaire, explique le cheminot. Et on va aller jusqu'au bout." Il reconnait que financièrement le mouvement se ressent, mais il en est sûr ça ne le fera pas plier.

"Financièrement pour le moment on tient. Et on tiendra, on n'a pas le choix." David Michaudet

Les cheminots vont aussi à rencontre des usagers. La CGT a imprimé à un million d'exemplaire un journal qui explique les raisons de la mobilisation. "On l'a distribué devant la gare de Dijon la semaine dernière et on a eu un très bon accueil, explique l'aiguilleur. Sur mille documents distribués, on a eu quatre ou cinq réactions hostiles."