Économie – Social

Grève surprise à l'hypermarché Carrefour de Châteauroux : les salariés réclament des embauches

Par Carl Dechâtre, France Bleu Berry et France Bleu mercredi 20 septembre 2017 à 1:14

Selon Force Ouvrière, 110 employés de Carrefour ont débrayé ce mardi
Selon Force Ouvrière, 110 employés de Carrefour ont débrayé ce mardi © Radio France - Carl Dechâtre

Les salariés de l'hypermarché Carrefour de Châteauroux s'inquiètent d'une dégradation critique de leurs conditions de travail. La faute à des départs non remplacés. Les représentants du personnel dénoncent une course-suicidaire aux économies, menée par la direction.

Un débrayage-surprise très suivi ce mardi 19 septembre à l'hypermarché Carrefour de Châteauroux. Selon les syndicats, plus de la moitié des salariés (110 sur 208) ont débrayé à l'appel du syndicat FO. Ils étaient au moins 80 rassemblés ensemble dans la galerie marchande pour protester contre la dégradation de leurs conditions de travail en raison de départs non remplacés depuis des années.

34 départs non remplacés depuis janvier 2016

Selon Martine Perrin, représentante FO du personnel cette baisse atteint un seuil critique. Que ce soit à la caisse ou à la mise en rayon, les salariés ont du mal à faire face à leur charge de travail. Le syndicat réclame donc des embauches d'urgence et pas seulement l'emploi de salariés précaires. Ainsi sur 34 départs depuis janvier 2016 (retraites, démissions, arrêts maladies) la direction n'en aurait remplacé que 19 par l'intermédiaire d'emplois précaires types contrat de professionnalisation et qui n'ont pas été pérennisés.

La direction a pour l'instant opposé une fin de non-recevoir à ses demandes, arguant des mauvais résultats financiers du magasin historique de Châteauroux. La direction n'a pas souhaité s'exprimer directement mais selon certaines sources, le déficit atteindrait 2 millions d'euros par an depuis 4 ans. FO dénonce une fuite en avant suicidaire. Selon le syndicat, plus le chiffre d'affaires baisse, plus la direction tente de revenir à l'équilibre en réduisant la masse salariale. Mais il résulterait de ces méthodes - toujours selon Force Ouvrière - que l'effectif a atteint un seuil critique empêchant le magasin de fonctionner correctement. Les représentants du personnel constatent ainsi des ruptures de stock en rayon alors que les produits sont bien présents en réserve ; une dégradation du service aux clients sur les stands de boucherie, charcuterie, fromagerie etc. où le personnel n'est plus assez nombreux ; des temps d'attente trop importants pour les clients au moment de payer faute de pouvoir ouvrir suffisamment de caisses.

Des salariés inquiets

Un constat amer donc, et des salariés qui commencent à s'inquiéter. Selon FO cette politique de réduction du personnel risque d'accentuer encore les mauvais résultats d'autant que l'hypermarché envisagerait d'ouvrir le dimanche matin rajoutant un sur croit de travail à un effectif déjà trop faible. Pour les représentants du personnel, l'hypermarché doit au contraire embaucher du personnel qualifié pour restaurer la confiance des clients.

Pour l'instant la direction reste inflexible mais le syndicat menace de recourir à de nouveaux débrayages au moins une fois par semaine pour obtenir ces embauches.