Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 78 départements désormais en vigilance orange
Économie – Social

Grève totale chez Stanley Tools à Besançon : les salariés ont arrêté la production

-
Par , France Bleu Besançon

Les salariés de Stanley Tools à Besançon sont en grève à durée indéterminée depuis mercredi matin. Ils dénoncent la baisse de leur prime d'intéressement et le recul de leurs acquis sociaux dans l'entreprise de fabrication d'outils.

Les machines sont à l'arrêt depuis mercredi.
Les machines sont à l'arrêt depuis mercredi. © Radio France - Mélanie Kuszelewicz

Besançon, France

Les machines de l'usine de Stanley Tools à Besançon sont à l'arrêt. Depuis ce mercredi les salariés sont en grève totale. Ils dénoncent le recul de leurs acquis sociaux au sein de l'entreprise de fabrication d'outils. 

Baisse de leur prime d'intéressement

Les salariés, (80 environ) ont décidé de stopper totalement la production quand ils ont appris mercredi, par la direction, que leur prime d'intéressement devrait être divisée par deux dans les années à venir.  

Antonio Dos Santos est délégué CFDT dans la société : "Cette année la prime d'intéressement représentait en moyenne 5 000 euros par personne. Avec la nouvelle proposition, on passerait entre 2 500 et 3000 euros. C'est une perte énorme !" s'indigne le représentant syndical. 

La goutte d'eau

Mais la baisse de cette prime d'intéressement n'est que la "goutte d'eau qui fait déborder le vase" d'après Lise Sauvin, secrétaire du comité d'entreprise. "On a eu des souci de mutuelle, on a eu des jours de rattrapage non payés, il y a beaucoup d'absentéisme. C'est un ras-le-bol général en fait. " affirme-t-elle.

Atmosphère tendue 

L'ambiance s'est dégradée depuis au moins un an selon une salariée proche de la retraite. Elle travaille chez Stanley Tools depuis 32 ans : "Aujourd'hui c'est plus tendu. Avant on venait travailler content, mais là on vient presque  en reculant. C'est plus comme avant" déplore-t-elle. 

Les représentants syndicaux doivent rencontrer la direction ce vendredi matin à 11 heures. En fonction des décisions annoncées pendant la réunion, ils décideront de stopper ou de continuer la grève la semaine prochaine. 

De son côté la direction n'a pas répondu à nos sollicitation. 

Des salariés de l'usine Bost-Stanley à Laissey sont venus les soutenir.  - Radio France
Des salariés de l'usine Bost-Stanley à Laissey sont venus les soutenir. © Radio France - Mélanie Kuszelewicz