Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Grèves à la Sncf : les hôteliers de la région de Nantes craignent une baisse de la fréquentation

lundi 9 avril 2018 à 3:04 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan

Avec la succession des journées de grève à la Snch, les hôteliers et les restaurateurs de la région de Nantes craignent que leurs clients décalent ou annulent leur venue, notamment ceux qui viennent pour des congrès.

Les hôteliers craignent une baisse de la fréquentation si les journées de grève se multiplient à la Sncf
Les hôteliers craignent une baisse de la fréquentation si les journées de grève se multiplient à la Sncf © Maxppp -

Loire-Atlantique, France

Le deuxième round de la grève perlée à la SNCF, ce dimanche et ce lundi, avant le troisième prévu en fin de semaine, vendredi et samedi cette fois. Et ça pourrait continuer comme ça - deux jours de grève sur 5 - jusqu'à la fin du mois de juin, ce qui pose déjà problème aux hôteliers et aux restaurateurs de la région de Nantes.

Des clients qui risquent d'annuler leur séjour ou de tous vouloir venir au même moment, entre les jours de grève

Ils se doutent qu'une partie de leurs clients d'affaire vont décaler voir annuler leurs prochains déplacements. Des clients qui représentent plus de la moitié de la fréquentation des hôtels en semaine à Nantes. Et pour les hôteliers, le problème est double : soit ils annulent et ça fait de l'argent de perdu, soit ils décalent et ils risquent de vouloir tous réserver au même moment. Parce qu'il y a les deux jours de grève à proprement parlé, mais la veille et le lendemain, le trafic des trains est aussi perturbé, ça laisse donc peu de jour pour voyager sans risquer de se retrouver coincé.

Les congrès obligés de s'organiser pour acheminer les participants

L'autre inquiétude, c'est pour les congrès qui ont lieu dans les prochaines semaines à Nantes. Là aussi, c'est encore un peu flou, mais les organisateurs de celui de la chirurgie rachidienne, par exemple, savent que sur les 600 personnes attendues, toutes ne pourront pas venir. Les dirigeants commerciaux de France, eux, espèrent éviter au maximum les désistements en faisant venir les participants en car. Les intervenants, eux, prendront l'avion plutôt que le train depuis Paris.

Les hôteliers craignent de voir tous leurs clients réserver en même temps, entre les jours de grève - Radio France
Les hôteliers craignent de voir tous leurs clients réserver en même temps, entre les jours de grève © Radio France - Visactu

Des craintes plus qu'un impact concret pour l'instant

Pour ce qui est des vacanciers et surtout des touristes des ponts du mois de mai, beaucoup viennent en train de Paris. Ils pourraient donc annuler leur séjour à l'hôtel sur la côte et déserter les restaurants.

Mais pour l'instant, ce ne sont que des craintes. Le service affaire de l'office du tourisme de Nantes n'a reçu qu'une seule demande d'annulation de séjour jusqu'à présent et, pour les groupes de touristes, une demande pour décaler le voyage à une autre date.