Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Grèves : Haropa investit 6 millions d'euros pour relancer l'activité du port du Havre

La direction du port du Havre, Haropa, met six millions d'euros sur la table. Un accord exceptionnel a été signé ce lundi 2 mars pour relancer l'activité de la zone havraise, touchée par les grèves et les opérations "ports morts" en décembre et janvier.

Sur l'axe Le Havre-Paris, la grève des dockeurs et salariés portuaires a coûté 300 emplois et la perte de 100 000 conteneurs selon Haropa.
Sur l'axe Le Havre-Paris, la grève des dockeurs et salariés portuaires a coûté 300 emplois et la perte de 100 000 conteneurs selon Haropa. © Radio France - Benjamin Illy

La direction du port du Havre, Haropa, met la main au portefeuille. Un accord exceptionnel a été signé ce lundi 2 mars entre les différentes gestionnaires de la zone portuaire pour relancer l'activité havraise (Seine-Maritime). Entre les grèves contre la réforme des retraites, les opérations "ports morts", les blocages des dockers et des salariés du terminal... Haropa affirmait en début d'année que la mobilisation contre la réforme avait coûté 100 000 conteneurs 300 emplois sur les ports du Havre, Rouen et Paris. 

Pour relancer la machine et redonner confiance à ses clients à travers le monde, le premier port français en trafic de conteneurs a prévu un plan de relance de six millions d'euros à destination de ses clients. L'accord a été cosigné par dix acteurs économiques du terminal havrais :

  • Haropa
  • l'Union maritime et portuaire (Umep)
  • le Syndicat des transitaires et commissionnaires en douane du Havre (STH)
  • TLF Overseas
  • les Terminaux de Normandie
  • la Générale de manutention portuaire
  • la Compagnie nouvelle de manutentions portuaires
  • la Station de pilotage du Havre-Fécamp
  • Boluda Remorquage
  • la société coopérative de Lamanage du Havre-Antifer

3 millions pour les frais de stationnement

Nouveauté de cet accord de place signé ce lundi 2 mars : aider les clients à payer leur place de "parking" dans le port du Havre. En effet, avec la grève des dockers, le terminal a vécu pas mal de bouchons : Haropa a compté 14 jours sans activité portuaire entre le 5 décembre et le 31 janvier. Résultat, des clients bloqués plusieurs jours, amarrés aux quais, des dizaines de milliers de conteneurs immobilisés... Et, naturellement, des surcoûts de stationnement.

Haropa et les cosignataires investissent donc 3 millions d'euros pour rembourser ces frais. Concrètement, ça représente 30 euros par jour et par conteneur.

3 millions de ristourne sur la taxe des "droits de port"

L'autre moitié de cet investissement hors-norme a été décidé, en vérité, le mois dernier, le 5 février. Il représentait une première mesure de renflouement du port havrais, après deux mois agités par les mouvements sociaux. Haropa confirme donc débloquer trois millions d'euros en faveur des navires porte-conteneurs.

Cette somme correspond à une remise sur les "droits de port", une taxe comprenant sept redevances, dont doit s'acquitter un client qui utilise les installations d'un terminal portuaire. Ces trois millions d'euros représentent la taxe de janvier et février 2020 pour les prestataires du port du Havre. Une "mesure de fidélité", précise la direction Haropa, bien déterminée à conserver ses clients et relancer la machine en 2020.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess