Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Des fournitures scolaires pour les enfants sinistrés par l'incendie de Grigny 2

dimanche 3 septembre 2017 à 10:33 Par Claire Flochel, France Bleu Paris et France Bleu

La solidarité s’organise après l’incendie du 20 août qui a fait 252 sinistrés, dont 85 enfants, à Grigny (Essonne). Des associations, des habitants et la mairie se sont mobilisés pour récolter des fournitures scolaires afin que les enfants fassent leur rentrée dans de bonnes conditions.

Les enfants viennent chercher leurs fournitures scolaires dans un gymnase de Grigny (91)
Les enfants viennent chercher leurs fournitures scolaires dans un gymnase de Grigny (91) © Radio France - Claire Flochel

Grigny, France

Le 20 août dernier, 56 logements du numéro 6 rue de Vlaminck dans le quartier de Grigny 2 dans l'Essonne partaient en fumée. Certaines familles ont tout perdu. Et aucune, à ce jour, n'a encore pu réintégrer son domicile. Afin de permettre aux enfants d’effectuer, lundi 4 septembre, leur rentrée scolaire dans les meilleures conditions possibles, plusieurs associations de la ville et des communes voisines ainsi que de nombreux habitants ont lancé une collecte de fournitures scolaires. Une collecte restituée samedi dans un gymnase de Grigny.

La solidarité à Grigny : distribution de fournitures scolaires. Reportage

Mairie, associations et habitants mus par un élan de générosité

"Je m'inquiétais un peu pour mes affaires, mais j'ai pu récupérer des fournitures basiques, dont on se sert tous les jours à l'école", explique cet adolescent de 18 ans, venu accompagné de ses petites frères et de sa grande sœur. Pour la jeune femme, la démarche de venir ainsi récupérer des affaires n'est pas évidente, mais pas le choix, quand on a tout perdu ou qu'on ne peut pas accéder à son logement : "Nous n'avons pas l'habitude, notre situation a changé du jour au lendemain mais cet élan de générosité cela fait plaisir".

Kizo (à gauche) et des membres d'associations qui ont participé à la collecte de fournitures scolaires - Radio France
Kizo (à gauche) et des membres d'associations qui ont participé à la collecte de fournitures scolaires © Radio France - Claire Flochel

C'est Kizo, un militant associatif, notamment créateur du No Joke Training (une discipline, qui mêle musculation, sports de combat et endurance) qui a eu l'idée de cette collecte de fournitures scolaires : "J'ai pensé à ma dernière action sociale au Sénégal où nous avons rénové des écoles et où nous avons apporté des fournitures scolaires. Je me suis dit, si je l'ai fait au Brésil, Congo, au Sénégal, je peux le faire ici, chez moi". Avec l'aide de la mairie de Grigny, des habitants et de nombreuses associations de la ville et de communes voisines, Kizo a donc pu mettre en place cette collecte très rapidement.

Les familles logées à l'hôtel ou chez leurs proches

"Entre les assurances et ce que nous pouvons faire avec les bailleurs sociaux, le département, la ville, nous cherchons des solutions pour toutes les familles", déclare le maire (PCF) de Grigny, Philippe Rio, présent à la distribution des fournitures scolaires samedi. Personne n'est à la rue, assure le maire. La plupart des familles sont hébergées chez des proches ou à l'hôtel. Sur les 56 logements occupés, une dizaine ont été complètement détruits par l'incendie et une douzaine ont été gravement endommagés. Les 30 autres pourront peut-être être réinvestis par leurs locataires ou propriétaires dans la semaine, si les conditions de sécurité sont réunies. Un architecte sera sur place ce lundi pour faire le point.