Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Grippe aviaire : une cagnotte en ligne pour aider les éleveurs en difficulté

-
Par , France Bleu Gascogne, France Bleu

L'association "Les canards en colère" lance une cagnotte en ligne sur la plateforme leetchi.com pour aider financièrement les éleveurs impactés par la grippe aviaire. En début de semaine, le 25 janvier, le ministère de l'Agriculture recensait 409 foyers d’influenza aviaire dont 312 dans les Landes.

Opération d'euthanasie de 8000 canards dans un élevage du secteur de St-Agnet dans les Landes
Opération d'euthanasie de 8000 canards dans un élevage du secteur de St-Agnet dans les Landes © Maxppp - Nicolas Le Lievre

Plus de deux millions de canards et de volailles ont été abattus depuis décembre en France pour tenter de contenir la grippe aviaire, selon les derniers chiffres du ministre de l'Agriculture, publiés le 25 janvier. En début de semaine, 409 foyers d’influenza aviaire étaient recensés dont 312 dans les Landes. Le ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie promet un "accompagnement total", avec des acomptes versés rapidement aux éleveurs qui ont dû dépeupler leur exploitation autrement dit euthanasier leurs animaux. Les indemnisations pour pertes d’exploitation seront gérées ensuite. Mais des éleveurs ont besoin d’une aide financière dès maintenant selon "Les canards en colère". L'association vient de lancer une cagnotte en ligne sur la plate-forme leetchi.com pour recueillir de l'argent à redistribuer aux agriculteurs les plus en difficulté. Entretien avec son président, Lionel Candelon. Il élève lui-même 18.000 canards par an à Castillon Debats, près de Vic-Fezensac, dans le Gers.

Lionel Candelon, éleveur de canards dans le Gers, préside l'association "les canards en colère" qui vient de lancer une cagnotte en ligne pour aider financièrement les éleveurs impactés par la grippe aviaire

Votre association vient de lancer une cagnotte en ligne sur leetchi. com pour aider les éleveurs en difficulté, qu'est-ce que vous constatez sur le terrain ?

On constate que les éleveurs qui ont encore des canards sur les exploitations qui sont bloqués en zone de surveillance, comme moi par exemple, doivent payer des analyses pour pouvoir les déplacer et les revaloriser en gavage et après en abattage sur des abattoirs dédiés et c'est des analyses qui coûtent entre 400 et 600€ pour chaque lot de canards. On espère pouvoir récolter des fonds pour faire face déjà à cela dans un premier temps. Dans un deuxième, le vide sanitaire, les dossiers ne sont toujours pas actées : rien n'est redescendu du ministère de l'Agriculture, ni de l'Europe donc il va falloir faire nourrir des familles et malheureusement, on l'a déjà connu en 2017, on sait que cela va arriver très très vite.

Vous êtes déjà confrontés à des situations très compliquées, des éleveurs sans rien pour vivre ?

Oui notamment les premiers gaveurs impactés n'ont pas remis en place d'animaux depuis le mois de décembre et donc ont déjà un mois et demi sans rien pour vivre. Nous sommes déjà confrontés à cela surtout que pour l'instant, on a pas eu de circulaire ministérielle pour faire bloquer les emprunts bancaires, professionnels ou même personnels ou demander un report de cotisations etc. Même au niveau de la MSA, on a eu des retours très négatifs : la MSA Sud Aquitaine fait la morale aux exploitants agricoles voire même envoie des courriers en disant : si vous ne payez pas, les huissiers viendront etc. donc c'est une situation critique très difficile que malheureusement nous connaissons déjà, c'est pour cela que nous avons pris les devants cette année en créant une cagnotte dès le mois de janvier pour subvenir aux différents besoins à partir du mois de février. 

Mais des aides, il y en a : le ministère de l'Agriculture a promis un" accompagnement total", le département des Landes va débloquer 1 million d’euros en urgence, la MSA va intervenir aussi, ce n’est pas suffisant ?

Tout cela serait suffisant si quand on le disait, c'était fait immédiatement, aujourd'hui il y a un décalage administratif qui malheureusement va faire prendre deux à trois mois avant que tout cela soit mis en place réellement. Si on se rappelle 2017, les premiers acomptes pour le vide sanitaire étaient faits à partir des mois de mai et juin alors que nous étions déjà en absence de revenus depuis le mois de décembre pour les premiers touchés. Le problème, c'est que le temps que toutes les machines se mettent en route, cela peut prendre plusieurs semaines, voire plusieurs mois.

Donc il est urgent de faire preuve de solidarité tout de suite ?

Malheureusement oui car depuis 2018 les professionnels de la filière avicole ont une cotisation sanitaire via le CIFOG, donc l'interprofession foie gras,  on cotise sur chaque mise en place de caneton à une hauteur de un à trois centimes suivant les modèles pour pouvoir, justement en cas de crise sanitaire grave, avoir un déblocage de fonds immédiat. Sauf qu'aujourd'hui, cela fait un mois et demi, on a toujours aucun centime qui a été débloqué au niveau professionnel de cette caisse de cotisations sanitaires. Donc malheureusement oui ce sont des organismes derrière comme nous doivent mettre en route des systèmes financiers comme cela [comme cette cagnotte en ligne] pour aider ceux qui sont vraiment dans l'urgence.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess