Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Grosses inquiétudes pour les petites maisons d'édition

-
Par , France Bleu Berry

Depuis la fermeture des librairies, de nombreuses petites maisons d'édition régionales sont quasiment à l'arrêt et la trésorerie s'épuise.

De nombreuses petites maisons d'édition régionales sont quasiment à l'arrêt depuis le début du confinement et la fermeture des librairies.
De nombreuses petites maisons d'édition régionales sont quasiment à l'arrêt depuis le début du confinement et la fermeture des librairies. © Maxppp - Michel Clementz

Des semaines que les ventes sont quasi nulles. Gilles Boizeau, le directeur de la Bouinotte est très inquiet : "Il y a 4 salariés, nous sommes au chômage partiel. Là, on peut voir venir encore sur une partie du mois de mai... Mais après... Il va falloir qu'on soit aidé". Même constat pour Sébastien Delaveau, des édition Alice Lyner à Issoudun : "Je travaille seul, donc pour m'en sortir, j'ai réduit mes revenus... Je prends de l'avance en travaillant sur les ouvrages que nous allions sortir... Mais, oui, je suis inquiet!"

Depuis le début du confinement, les librairies sont fermées et les horaires des maisons de la presse considérablement restreints : "J'édite des livres régionaux. Le lecteur se promène dans les rayons d'une librairie, tombe sur un ouvrage sur l'histoire de la région, l'achète. C'est un achat impulsif, un coup de cœur. Internet ne peut pas remplacer cela. Sur internet, on cherche spécifiquement un titre..." déplore Sébastien Delaveau.

Le poids de l'annulation des foires et des salons

L'autre difficulté rencontrée par les maisons d'édition régionale, c'est l'annulation de toutes les festivités locales qui sont autant d'occasions de présenter les livres au public : "Normalement, en cette saison, il n'y a pas un weekend sans que l'on ait un stand quelque part... Une fête de village, un salon, un festival... C'est très très important pour nous faire connaitre. Et même si ce ne sont pas forcément ces jours là que l'on vend le plus, cela nous fait de la publicité..." explique Gilles Boizeau. 

Tout l'enjeu désormais est de construire l'après : "Nous devons garder assez de trésorerie pour pouvoir éditer des nouveautés... C'est compliqué parce que même si on n'a pas de frais d'édition, on a des salaires, des charges à verser" insiste Gilles Boizeau. Alors en attendant, les maisons d'édition se réinvente. La Bouinotte par exemple a pris de l'avance sur son planning en développant les livres numériques et une version web de sa revue ainsi qu'un  blog autour du confinement. Les éditions Alice Lyner misent, elles, sur les souscriptions pour éditer des nouveautés. 

Une pétition circule pour demander que des aides d'Etat soient versées. A ce jour, elle a réuni plus de 18.000 signatures. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess