Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Grosses inquiétudes sur l’avenir des HLM

mercredi 3 octobre 2018 à 17:48 Par Philippe Boccara, France Bleu Provence

Aujourd’hui en Provence, près d’un ménage sur six vit dans une HLM. Dans la métropole Aix Marseille Provence, plusieurs dizaines de milliers de demandes de logement HLM sont en attente. Une situation très préoccupante pour la Confédération générale du logement.

Vue aérienne de la cite de la Castellane à Marseille (photo d'illustration).
Vue aérienne de la cite de la Castellane à Marseille (photo d'illustration). © Maxppp -

Provence, France

Son président était hier à Marseille, il a une nouvelle fois tiré la sonnette d’alarme sur l'avenir du logement social. Plusieurs dizaines de locataires, pour la plupart dans la détresse sont venus le rencontrer. Selon lui le phénomène de paupérisation des cités HLM est grandissant dans la métropole Aix-Marseille-Provence. Les logements vacants sont attribués à des familles de plus en pauvres. Et cette situation, selon Josette Barbe, la présidente de la confédération générale du logement pour les Bouches-du-Rhône menace la mixité sociale. Elle affirme : "On regroupe les plus pauvres.".

De son côté, avec un besoin important d’économies, l’État veut récupérer des centaines de millions d’euros  et les organismes HLM sont aussi mis à contribution, 800 millions pour cette année.

Certains locataires sont très inquiets

Certains locataires, notamment ceux du parc de 15.000 logements d’habitat Marseille Provence sont très inquiets. Zitouna, vit depuis 22 ans dans un T3 du seizième arrondissement avec loyer de 650 euros, elle n’a pas les moyens de payer les réparations. Autre cas, celui de Lucille, depuis 1952, elle habite un T4 à la cité Michelis, elle attend aussi la prise en charge de travaux  sanitaires.

Lors de cette réunion, le président du bailleur social Habitat Marseille Provence était présent. Patrick Padovani, aussi adjoint au maire de Marseille en charge de  la santé et de l’hygiène avoue ne pas avoir été saisi d’un nombre important de plaintes pour des questions d'insalubrité dans les hlm .Il reconnait en revanche la vétusté de son parc de logements, 44 ans en moyenne et  donc la nécessité de réaliser des travaux.

Patrick Padovani insiste aussi sur la situation financière de plus en plus délicate des bailleurs sociaux face aux ponctions de l’État, mais aussi face à une paupérisation grandissante des occupants. Sans oublier les effets de la loi DALO, elle permet aux candidats locataires les plus défavorisés l’obtention d’office d’un logement dans certains cas très précis , du coup moins de logements sont disponibles.