Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Journée spéciale "Tous en terrasse", le 19 mai

Guéret : derniers préparatifs avant la réouverture des commerces

-
Par , France Bleu Creuse

Après un mois et demi d'arrêt forcé, les boutiques de vêtements, de chaussures, les bijouteries et autres magasins d'articles de sport vont pouvoir accueillir du public. Ce mardi 18 mai, les commerçants de Guéret ont préparé la réouverture.

Les commerces dits "non-essentiels" rouvrent ce 19 mai (image d'illustration)
Les commerces dits "non-essentiels" rouvrent ce 19 mai (image d'illustration) © Radio France - Stéphanie Perenon

Ce mercredi 19 mai, ce sera le grand jour pour les magasins de chaussures, de vêtements et autres bijouteries. Tous les commerces considérés comme non-essentiels vont enfin pouvoir rouvrir, après un mois et demi d'arrêt forcé. Ce mardi 18 mai, les professionnels creusois ont astiqué les présentoirs, briqué les devantures et redécoré leurs vitrines. Ils n'attendent plus que les clients. 

L'excitation de retrouver les clients

Dans la zone POP A de Guéret, de lourds rideaux métalliques barrent les portes d'entrées des boutiques. Pourtant, il y a de la lumière dans le magasin Sport 2000. A l'intérieur,  Philippe Vidal et ses huit salariés rangent, nettoient, étiquètent. Il n'attendent que le top départ : " Tout le monde est content, ils en avaient marre d'attendre chez eux, et moi aussi", assure le directeur. 

Philippe Vidal s'attend à voir de nombreux clients dès les premiers jours

On a énormément de coups de fils depuis lundi. 

"Le catalogue a été distribué dans les boîtes aux lettres. Les gens appellent pour mettre de côté des articles, pour voir si c'est arrivé, etc.

Dans le centre-ville, Emilie Bourjon nettoie la devanture de sa bijouterie : "Je suis motivée à l'idée de retrouver mon quartier, mes voisines et surtout je suis contente de revoir mes clients", assure l'artisane qui a fabriqué de nombreuses créations pendant la fermeture

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Elle s'attend à ce que les clients qui ont passé commande viennent rapidement en boutique, mais elle craint l'impact de la météo : " S'il ne fait pas beau les gens ne se promènent pas. Dès qu'on pourra retourner manger au restaurant plus régulièrement, ça les fera ressortir. Je pense que ce sera mieux dans deux ou trois semaines". 

La nécessité d'écouler les stocks

Pour la plupart des commerçants, il ne faudrait quand même pas que la reprise tarde trop. Nathalie Lavigne gère le magasin de chaussures "Airina" et l'enseigne de maroquinerie "Ma jolie boutique", dans le centre de Guéret. 

A cette période de l'année les magasins de chaussures et de vêtements ont énormément de stock à écouler:  "La collection printemps-été arrive au mois de mars. A ce moment-là on a reçu toute notre collection, mais début avril on a dû fermer", regrette-t-elle. 

Les placards de la réserve de la commerçante sont pleins à craquer. Toute cette marchandise représente des milliers d'euros

Il y a urgence à vendre car il va falloir la payer cette collection

Pour compenser l'impact des trois confinements, Nathalie Lavigne a eu recours au prêt garanti par l'Etat " si je n'avais pas pu l'avoir, je pense que les boutiques ne seraient plus là", affirme-t-elle. Cependant la commerçante reste optimiste : " On a des clients tellement adorables et qui ont tellement envie de nous soutenir. Je pense qu'ils seront là.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess