Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Guerre d'Algérie : Emmanuel Macron "reconnaît la responsabilité de l'Etat" dans la disparition de Maurice Audin

jeudi 13 septembre 2018 à 8:32 - Mis à jour le jeudi 13 septembre 2018 à 15:29 Par Germain Arrigoni et Viviane Le Guen, France Bleu

Emmanuel Macron a "reconnu" ce jeudi "la responsabilité de l'Etat dans la disparition" du mathématicien communiste militant de l'indépendance de l'Algérie Maurice Audin, torturé par l'armée française et disparu en 1957.

Maurice Audin, disparu en 1957
Maurice Audin, disparu en 1957 © AFP -

Il s'agit de la première reconnaissance officielle de la torture lors de la guerre d'Algérie. Emmanuel Macron a reconnu, ce jeudi, la responsabilité de l'Etat dans la disparition de Maurice Audin, un mathématicien et militant communiste disparu en 1957 après avoir été arrêté et torturé par des militaires français à Alger.

"La seule chose que je fais, c'est reconnaître la vérité" a déclaré le président de la République à Josette Audin, la veuve du mathématicien. Le chef de l’État s'est rendu à son domicile de Bagnolet (Seine-Saint-Denis) pour lui remettre une déclaration reconnaissant que le militant communiste était mort sous la torture du fait d'un "système légalement institué" alors en Algérie par la France.

Corps jamais retrouvé 

Le député LREM et mathématicien Cédric Villani, qui militait pour cette reconnaissance, a salué un "moment historique" sur France Inter.

Membre du parti communiste et militant anticolonialiste Maurice Audin a été arrêté le 11 juin 1957 et torturé par des parachutistes français. Son corps n'a jamais été retrouvé.

"C'est l'aboutissement d'un long travail qui a été fait par la famille Audin", a réagi sur franceinfo Jean-Charles Deniau, journaliste, réalisateur de documentaires et auteur (notamment de "La vérité sur la mort de Maurice Audin", paru aux éditions des Equateurs).

Selon lui, cette première reconnaissance officielle pourrait ouvrir la porte d'autres : "Je viens de terminer la réalisation d'un documentaire sur le massacre d'Oran, le 5 juillet 1962. Il y a 700 disparus assassinés, enlevés et la plupart des familles ne savent pas ce que sont devenus leurs parents, leurs frères, leurs sœurs" a-t-il rappelé. "Connaître la vérité sera difficile mais beaucoup d'historiens ont travaillé sur ce massacre."