Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Guilherand-Granges : jour de grève pour les salariés de Conduent

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Les salariés de l'entreprise Conduent Business Solutions, basée à Guilherand-Granges (Ardèche) étaient en grève ce lundi. Ils dénoncent une dégradation de leurs conditions de travail et redoutent une éventuelle fermeture du site. Selon les syndicats, près de 80 personnes étaient mobilisées.

Les salariés en grève n'étaient pas nombreux sur le parking ce lundi matin, mais les syndicats affirment qu'une majeure partie des grévistes étaient mobilisés chez eux
Les salariés en grève n'étaient pas nombreux sur le parking ce lundi matin, mais les syndicats affirment qu'une majeure partie des grévistes étaient mobilisés chez eux © Radio France - Nicolas Joly

Les salariés de Conduent Business Solutions se sont offert un jour de grève pour débuter la semaine de Noël. Les employés de cette société de télé-conseil dénoncent la dégradation de leurs conditions de travail. Ils se sont réunis ce lundi matin devant le siège de l'entreprise basée à Guilherand-Granges (Ardèche). Selon les syndicats, 80 personnes ont participé à la grève, sur près de 400 salariés. Contactée, la direction n'a pas donné suite à nos sollicitations.

Pascal Souche, délégué Cfdt chez Conduent

Mobilisation à distance

"Tous les grévistes ne sont pas là, il en manque même une grande majorité", assure Pascal Souche, délégué Cfdt. En effet, la quinzaine de personnes réunies sur le parking de Conduent ce lundi ne donne pas l'impression d'une forte mobilisation. Selon les meneurs de la grève, la plupart des salariés sont mobilisés depuis chez eux. D'après Pascal Souche, "sur le service le plus en difficulté qui est le service de chat, on est quasiment à 100% de grévistes".

Je me suis mise en arrêt, ce qui n'est pas mon genre, mais j'étais très angoissée, je ne mangeais plus, je ne dormais plus" - Manon, salariée de Conduent.

Dans ce contexte, pas de problème pour respecter les distances réglementaires. On devine même des sourires derrière les masques. En télétravail depuis des semaines, Manon est heureuse de retrouver ses collègues quelques heures, mais elle n'oublie pas ses revendications : "On a des difficultés à faire notre job, parce qu'il y a beaucoup de ras-le-bol, beaucoup de stress, d'angoisse. Je me suis mise en arrêt, ce qui n'est pas mon genre, mais j'étais très angoissée, je ne mangeais plus, je ne dormais plus."

La crainte d'une fermeture

Les grévistes dénoncent une politique managériale de moins en moins humaine, sans forcément de lien avec la crise sanitaire. "Le plus grand problème ici, c'est que l'on ne nous parle que de business. L'humain n'a plus aucune place dans les négociations et l'organisation du travail", regrette Pascal Souche. Il prend pour exemple des changements d'emplois du temps à l'approche des fêtes de Noël : "des gens avaient des jours de repos planifiés à l'avance pour le 26 décembre par exemple. Et du jour au lendemain ils reçoivent un mail leur disant «finalement, tu n'es plus en repos le 26, viens travailler »".

Une partie des grévistes s'inquiète également d'une éventuelle fermeture du site de Guilherand-Granges. En cause, la fermeture des sites de Sophia-Antipolis l'année dernière et de Roubaix en août. "La plupart des salariés se posent de réelles questions sur la pérennité du site", affirme Antoine Merlo, délégué CGT. "Nous sommes majoritairement en CDI, ce qui est bien. Mais que vaut ce CDI quand des sites peuvent fermer très vite comme on l'a connu malheureusement depuis deux ans ?"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess