Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Immeubles effondrés à Marseille

Habitat indigne à Marseille : le point sur la situation, plus de 18 mois après le drame de la rue d'Aubagne

-
Par , France Bleu Provence

La station Jules-Guesde, située sur la ligne 2 du métro marseillais, était fermée depuis juin 2019, menacée par des bâtiments en péril au-dessus de son unique entrée. Elle rouvre ses portes ce lundi. L’occasion de faire un point sur les bâtiments marseillais en situation de péril.

La rue d'Aubagne , quelques heures après les effondrements
La rue d'Aubagne , quelques heures après les effondrements © Radio France - Laurent Grolée

Un point depuis le 5 novembre 2018, date du catastrophique effondrement meurtrier de la rue d’Aubagne. Marseille concentre encore aujourd’hui près de 10% du nombre total d’immeubles indignes de la France métropolitaine. Sur un total de 420.000 logements recensés au 31 août, 40.000 sont situés à Marseille.

Bien sûr, l’état de dégradation est très variable dans ces 4.000 bâtiments : cela va de travaux de salubrité à réaliser par les propriétaires, souvent privés, jusqu’au péril imminent, c’est-à-dire l’évacuation des habitants. Tous les secteurs de la ville sont concernés, cependant la zone de Noailles, et les 2e et 3e arrondissements sont particulièrement touchés. Ainsi, près de la moitié des immeubles du 3e peuvent poser problème selon le nouvel adjoint au logement, Patrick Amico. 

Quelle est l’action des pouvoirs publics ?

C’est une compétence partagée : Ville, Métropole et État. Depuis le 5 novembre 2018, quelque 3.136 visites de sécurité ont été effectuées, 622 immeubles évacués et 4.300 personnes relogées à Marseille. Le tribunal administratif doit examiner 500 requêtes de péril. Face à la complexité du traitement des dossiers avec parfois des propriétaires privés peu scrupuleux, les délais peuvent se compter en années de procédure. 

Aujourd’hui, la direction marseillaise de la prévention des risques compte 100 fonctionnaires dédiés à ce fléau, 40 postes ont été créés. Un des objectifs de la nouvelle municipalité est d’aller vite pour neutraliser l’habitat indigne, dans la concertation. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess