Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Ham : pas d'inquiétudes à PVI après le placement en redressement judiciaire d'Altifort

-
Par , France Bleu Picardie

Certaines filiales du groupe sont confrontées à difficultés financières mais le site de Ham ne serait pas directement concerné.

L'usine PVI de Ham fait aujourd'hui 6 ha
L'usine PVI de Ham fait aujourd'hui 6 ha © Radio France - Elodie Touchais

Ham, France

Le groupe franco-belge Altifort dont le siège social est basé à Ham dans l'est de la Somme est en cessation de paiements et en redressement judiciaire. C'est ce que rapportele site internet du Figaro. Le quotidien précise que l'avenir des 1.500 salariés de l'entreprise, qui revendique autour de 200 millions d'euros de chiffre d'affaires, pourrait être menacé. Ce groupe devait à une époque reprendre l'aciérie nordiste Ascoval avant de se désister.  Mais les représentants du personnel de PVI, une filiale elle aussi basée à Ham, ne sont pas inquiets

"Nous enregistrons des commandes"

Picardie Valves Industries fabrique de la robinetterie industrielle, notamment pour le secteur de la pétrochimie et l'industrie alimentaire. Les représentants du personnel sont formels : les chiffres du site samarien sont bons. Ce placement en redressement judiciaire n'inquiète donc pas Mathieu Vanderosieren, délégué du personnel et délégué syndical Force Ouvrière : "La direction nous a informés des difficultés début juillet. Le groupe Altifort est composé de plusieurs filiales : environ quinze centres de production et une quinzaine de centres de recherche. Certaines de ces filiales sont en difficulté en ce moment, mais chez nous à PVI Ham, nous ne sommes pas impactés par ce redressement. Nous enregistrons des commandes. Nous facturons 1,5 à 2 millions d'euros par mois : ça fonctionne. A l'heure actuelle, nous n'avons pas d'inquiétudes." 

Les représentants du personnel veulent rester vigilants 

Mais Mathieu Vanderosieren dit vouloir rester vigilant : "On va suivre la situation, c'est quand même préoccupant de voir le groupe en redressement, c'est la maison mère. Ça pourrait avoir un effet sur l'image que nos clients ont de nous. Mais qu'ils se rassurent : il n'y a pas de souci : ils peuvent toujours passer commande." 

PVI emploie 116 salariés à Ham.