Économie – Social

Handicap et accessibilité : difficile de prendre le bus à Metz

Par Armêl Balogog, France Bleu Lorraine Nord mercredi 11 février 2015 à 18:12

Bus Metz
Bus Metz © Radio France - Armêl Balogog

A l'occasion d'une enquête sur les usages des voyageurs, le réseau Le Met' a observé les difficultés rencontrées par les personnes à mobilité réduite dans les transports. Mardi 10 février, Joseph Yvnec s'est porté volontaire pour prendre le bus avec deux enquêteurs. Résultat : il y a encore du travail pour que les transports soient parfaitement accessibles aux handicapés.

Mardi 10 février, Joseph Yvnec participe à une enquête du Met', le réseau de transport en commun de Metz. Il a pour mission de voyager de Montigny-Lès-Metz au Centre Pompidou de Metz. Deux enquêteurs l’accompagnent pour observer les difficultés qu’il peut rencontrer. Alors que l'échéance de la loi de 2005 sur l'accessibilité des lieux publics et des transports en commun aux personnes à mobilité réduite a encore été repoussée.

A 47 ans, Joseph se déplace en fauteuil. Il a le syndrome de Little ou maladie des grands prématurés : ses jambes ne peuvent pas le porter. Sur un trajet simple à première vue (deux bus et un seul changement), il rencontre plusieurs difficultés.

"Le fauteuil aurait pu basculer en arrière"

1. Lire le plan . Son fauteuil butte dans le banc de l’arrêt. Et ça l’empêche de s’approcher plus près de la carte. Or, les noms des stations sont écrits très petit. Il doit donc essayer de se hisser hors de son fauteuil pour pouvoir y lire quelque chose.2. Monter dans le bus. Le chauffeur ne sait pas comment l’abaisser. Il faut attendre qu’il y parvienne et s'il n'y arrive pas, il faudra prendre le prochain bus. "Si la rampe du bus ne sort pas, je ne peux pas monter. Je ne suis pas assez fort pour soulever mon fauteuil." 3. Atteindre l'emplacement réservé aux fauteuils roulants. Il faut pousser les passagers réticents.4. Valider son ticket. Joseph doit tendre le bras et se hisser encore une fois hors de son fauteuil.5. Regarder les arrêts. L’écran qui annonce les arrêts se trouve derrière l’espace handicapé. Il y a trop de bruit pour entendre les annonces sonores dans le bus, donc Joseph doit sans cesse se tordre et tourner la tête pour ne pas se perdre.6. Descendre du bus. Le trottoir est trop bas. Sortie, la rampe du bus est trop inclinée. Quand Joseph descend, son fauteuil dérape. Malgré lui, il prend des risques : "Le fauteuil aurait pu basculer en arrière."

Une enquête pour les handicapés et pour les valides

Pour David Deschamps, responsable des projets marketings du Met', cette étude permet justement d’identifier ce qu'est "le parcours client, et quels sont les freins pour les clients de leur domicile jusqu’à destination, à l’arrêt, en véhicule et pour se déplacer".

Le Met SON WEB

En tout, une quinzaine de volontaires ont participé à l’enquête à Metz. Certains avec des problèmes de mobilité, d’autres non. Ils ont pu souligner d'autres obstacles : un manque de visibilité sur les cartes dans les arrêts de bus, l’absence d’information sur les lignes à l’intérieur des bus et des problèmes pour trouver itinéraires et horaires sur le site internet du réseau.