Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Happy Chic : plusieurs délégués syndicaux arrêtent leur grève de la faim

samedi 6 octobre 2018 à 14:20 Par Soizic Bour, France Bleu Nord

Plusieurs délégués syndicaux de chez Happy Chic ont annoncé ce samedi avoir arrêté ce jeudi leur grève de la faim, démarrée il y a près de dix jours. Ils demandent le retrait du plan social annoncé au mois de juillet dernier, qui prévoit la suppression de 466 postes.

Seule une salariée, Yamina Azzi, a continué sa grève de la faim.
Seule une salariée, Yamina Azzi, a continué sa grève de la faim. © Radio France -

Roubaix, France

Deux délégués syndicaux de chez Happy Chic ont annoncé ce samedi avoir arrêté leur grève de la faim démarrée il y a plus d'une semaine devant le siège du groupe, à Roubaix.

Laurent Petit de la CGT et Nadia Ferrante, déléguée FO, ont annoncé avoir recommencé à s'alimenter. Même chose pour le délégué CFDT, âgé de 61 ans. "Ils ont abandonné pour des raisons familiales ou médicales", précise Laurent Petit. "Mais ils continuent la mobilisation". 

466 postes supprimés

Les salariés demandent le retrait du plan social annoncé au mois de juillet dernier. 466 postes seront supprimés et 88 magasins fermés. Les enseignes principalement concernées sont celles de Jules et Brice. "Nous, ce que nous voulons, c'est qu'Happy Chic entre dans le périmètre de l'Association Familiale Mulliez (AFM), ce qui permettrait de recaser tout le monde dans les autres enseignes de l'AFM", souligne Laurent Petit. 

Je suis peut-être une tête de mule mais je suis déterminée

Yamina Azzi, déléguée syndicale CGT, est la seule a continuer cette grève de la faim, elle entame son 9e jour. "Je suis peut-être une tête de mule mais je suis déterminée", explique-t-elle. 

"Tant que je pourrais continuer, que ma santé me le permettra, je continuerais". Yamina Azzi boit de l'eau et des cafés. "Je ne suis pas prête d'arrêter, c'est mon choix et personne ne m'influence", ajoute-t-elle.

Soutenus par un député la France Insoumise

Adrien Quatennens, député La France Insoumise du Nord a apporté son soutien aux grévistes. Les organisations syndicales doivent être reçues mercredi au ministère du Travail.