Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Hard-discount : Dia cède sa filiale française, Carrefour et Casino intéressés

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Le groupe de distribution Dia, qui emploie près de 7.500 personnes en France dans près de 900 magasins a annoncé ce jeudi son intention de se séparer de ses activités sur le territoire. Le groupe de hard-discount y éprouverait des difficultés pour se développer. Dès les rumeurs de vente mercredi, les PDG de Carrefour et de Casino s'étaient montrés intéressés.

Un magasin hard-discount Dia
Un magasin hard-discount Dia © Maxppp

Le groupe de hard-discount Dia a annoncé ce jeudi qu'il comptait se séparer de son activité française. Accusant une perte de 17,9 millions d'euros en 2013, Dia envisage de une restructuration de son activité pour fermer les magasins les moins rentables. En France, le délégué central CGT du groupe estime que 200 magasins et 1.500 emplois pourraient être concernés par ces fermetures.

Carrefour et Casino seraient intéressés

En prévision de l'annonce faite ce jeudi, le groupe de distribution alimentaire avait réuni les représentants syndicaux de CGT, FO et CFTC en Comité central d'entreprise (CCE) extraordinaire mardi soir pour leur annoncer ses intentions. Aussitôt après, les dirigeants des distributeurs Carrefour et Casino ont exprimé leur intérêt respectif pour racheter la plupart des magasins français de l'enseigne.

Du côté de Casino, qui possède notamment les supérettes Franprix et Leader Price, le rachat des magasins Dia pourrait permettre au groupe de renforcer ses positions dans le discount. Son PDG, Jean-Charles Naouri, a déclaré mardi que le dossier serait "naturellement examiné" si la mise en vente des activités de DiaFrance est officialisée.

Quant à Carrefour, qui s'était séparé de Dia en 2011 sous la pression de ses investisseurs l'implantation des magasins à Lyon, Paris et Marseille pourrait renforcer les positions du groupe dans le commerce de proximité.

En France, Dia emploie 7.500 personnes. Le groupe devrait annoncer jeudi s'il se sépare de tout ou partie des 900 magasins français qu'il détient. Selon le magazine spécialisé LSA, le réseau de magasins Dia serait valorisé entre 150 et 200 millions d'euros.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess