Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Haubourdin : les salariés de Cargill fixés sur leur sort le 23 avril

-
Par , France Bleu Nord

C'est le 23 avril que la cour d'appel de Douai rendra sa décision sur le plan social en cours chez Cargill à Haubourdin. Une manifestation de soutien était organisée ce mardi par la CGT à Douai en soutien aux Cargill et pour la défense de l'emploi.

La cour d'appel de Douai rendra sa décision le 23 avril
La cour d'appel de Douai rendra sa décision le 23 avril © Radio France - Odile Senellart

"Tous unis contre les licenciements", c'est l'un des slogans que l'on pouvait lire mardi matin sur des banderoles dans la manifestation qui a réuni environ 150 personnes à l'appel de la CGT. Il s'agissait d'un rassemblement pour la défense de l'emploi et en soutien aux salariés de Cargill alors qu'au même moment avait lieu devant la cour d'appel de Douai l'audience au cours de laquelle l'avocat des Cargill a demandé l'annulation du plan social en cours dans l'entreprise. 

L'avocat des salariés de Cargill Fiodor Rilov a pris la parole devant les manifestants réunis place d'Armes à Douai
L'avocat des salariés de Cargill Fiodor Rilov a pris la parole devant les manifestants réunis place d'Armes à Douai © Radio France - Odile Senellart

L'avocat des salariés, maître Fiodor Rilov, a pris la parole devant les manifestants à l'issue de l'audience. Devant la cour, il a demandé l'annulation du Plan de Sauvegarde de l'Emploi mis en place chez Cargill, l'entreprise spécialisée dans l'amidon et basée à Haubourdin, près de Lille: un PSE qui prévoit jusqu'à 183 suppressions de postes sur un effectif initial de 325 salariés, même si la direction elle annonce qu'il n'y aura en réalité que 125 départs (80 licenciements de 45 départs volontaires). 

Les licenciements désorganisent totalement la production du site de Cargill, disent les syndicats

Les salariés estiment qu'il y a eu des vices de procédure lors de la mise en place de ce PSE et que la direction n'a pas respecté ses obligations à matière de protection de la sécurité et de la santé des salariés. Le délégué CGT de Cargill, Dorian Vallois, rappelle ainsi que la direction aurait dû mesurer l'impact de ces suppressions d'emplois sur les salariés qui restent dans l'entreprise, pour vérifier que leur charge de travail n'allait pas être trop augmentée. Or, ce travail n'a pas été fait, selon l'élu syndical. Pire, selon lui, les premiers licenciements et des premiers départs -déjà 80 à ce jour- entrainent une forte désorganisation au sein de l'entreprise qui risque d'être moins performante, et qui risque du coup de se voir condamner à terme. C'est ce que redoute la CGT : la fermeture totale du site dans les prochaines années. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

C'est donc pour soutenir les salariés de Cargill mais plus globalement pour la défense de l'emploi que la CGT avait appelé à manifester ce mardi à Douai. Des militants sont venus d'un peu partout dans la région, de Dunkerque, de la métropole lilloise entre autres. Une dizaine de militants du voyagiste TUI étaient également présents, venus de Paris, mobilisés eux aussi contre le PSE qui prévoit dans leur entreprise 600 suppressions de postes sur un effectif total de 900 salariés. Une même préoccupation pour tous les manifestants: faire entendre la voix des salariés malgré la crise sanitaire. Pour beaucoup, la crise sanitaire sert uniquement de prétexte pour mettre en place des plans sociaux qui étaient déjà prévus de longue date. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess