Économie – Social

Hausse d'impôts à Quimper : pour le PS, le maire n'a pas tenu ses promesses

Par Aurore Jarnoux, France Bleu Breizh Izel mercredi 5 octobre 2016 à 19:26

Déclaration de revenus - impôts
Déclaration de revenus - impôts © Radio France - Aurélie Lagain

Les socialistes de Quimper sont vent debout contre le maire de la ville, Ludovic Jolivet. Selon le PS, l'élu n'a pas tenu ses engagements. Il avait promis de ne pas augmenter les impôts et pourtant, c'est chose faite. Pour Ludovic Jolivet, ses opposants ont tout faux.

Les socialistes quimpérois attaquent le maire ! La section PS de la ville pointe du doigt la hausse des impôts dans l'agglomération.

Par exemple, une taxe foncière sur les propriétés bâties a été activée récemment. Cela engendre une augmentation de 2,8% pour les foyers, soit, selon le PS, 60 à 120 euros par an. Les propriétaires seraient dorénavant taxés également sur les logements vacants.

Des promesses non tenues

Les socialistes dénoncent surtout le non-respect des promesses de Ludovic Jolivet. Le maire s'était engagé, lors des précédentes élections municipales, à ne pas augmenter les impôts.

Selon Matthieu Stervinou, le secrétaire de la section PS de Quimper, une autre promesse de Ludovic Jolivet n'a pas été tenue. "Il avait dit que si il venait à augmenter les impôts, il consulterait les élus municipaux et les acteurs de la cité, souligne le socialiste. Et ensuite nous aurions eu droit à un référendum où tous les Quimpérois auraient pu s'exprimer".

Il a trahi sa parole et il s'est fait élire sur un mensonge " - Matthieu Stervinou, secrétaire de la section PS de Quimper.

De son côté, Ludovic Jolivet s'agace de ces déclarations. "Il ne faut pas confondre la communauté d'agglomération avec la ville de Quimper et je n'ai pas augmenté les impôts à Quimper", explique le maire.

"Les socialistes tirent sur tout ce qui bouge. C'est la mitraillette permanente" - Ludovic Jolivet

Ludovic Jolivet rappelle que dans la communauté d'agglomération, "les maires de droite comme de gauche ont voté cette hausse d'impôts".

Il justifie cette augmentation en rappelant le désengagement de l'Etat. "Nous étions dans l'obligation d'utiliser ce levier fiscal, insiste Ludovic Jolivet. Il y a des investissements importants à anticiper, comme le pôle gare ou la salle grande capacité."

Partager sur :