Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Hausse de 37% du nombre d'apprentis dans les Vosges sur 1 an

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Crise sanitaire, confinements, incertitude sur l'emploi des jeunes. L'apprentissage et la formation en alternance ont le vent en poupe. A Epinal le Pôle des métiers accueille cette année 965 jeunes. Des effectifs en hausse de 10 à 13% selon les filières.

Atelier coiffure au Pôle des métiers d'Epinal
Atelier coiffure au Pôle des métiers d'Epinal © Radio France - Hervé Toutain

Maxime 17 ans a très vite trouvé sa voie. rompant avec des études subies, le jeune homme a très vite opté et sans regret dit-il pour une formation de boulanger. La certitude de trouver un emploi à l'issue de son cursus, et ainsi d'éviter les "galères" dans la recherche de stages introuvables dans un contexte d'épidémie et d'incertitude économique. Même trajectoire de spécialisation pour Emma âgée de 20 ans. Après un bac pro et un BTS sanitaire et social, la jeune femme a choisi une formation de préparatrice en Pharmacie. "On est sûr que derrière il-y-a plein de postes et des places assurées" souligne Emma qui avoue que la crise sanitaire a joué un rôle dans son choix.

Avec la reprise qui se dessine progressivement "toutes les entreprises ont besoin d'apprentis" se félicite Manuela Burollet. La directrice du pôle des métiers d'Epinal constate l'engouement des jeunes et des employeurs pour des spécialisations à responsabilités. Le taux d'insertion est élevé. De 70 à 75% selon les diplômes.

Malgré les aides de l'Etat à l'embauche, toutes les filières ne sont pourtant pas logées à la même enseigne. "Sur la boucherie on a beaucoup de demandes des professionnels, mais peu de candidats, alors que la situation est inverse pour les secteurs automobile et esthétique-coiffure" explique Sandrine Aubert, responsable du développement de l'apprentissage.

Le Pôle des métiers d'Epinal recense déjà 250 demandes d'inscriptions pour l'année 2021/2022.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess