Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Hausse de la CSG : le pouvoir d'achat des retraités en berne

mercredi 27 septembre 2017 à 18:16 Par Marie Rouarch, France Bleu Gascogne

C'est une des mesures du projet de loi de finances pour 2018 : la hausse de la CSG. Si elle est compensée par la suppression des cotisations chômage et maladie pour les salariés, pour les retraités, elle est synonyme de pouvoir d'achat en baisse.

Les retraités se mobilisent pour l'augmentation des pensions et contre la hausse de la CSG
Les retraités se mobilisent pour l'augmentation des pensions et contre la hausse de la CSG © Maxppp - Aurelien Morissard

Landes, France

Le gouvernement veut réduire les prélèvements obligatoires de 10 milliards d'euros. Ça passe notamment, dans le projet de loi de finances pour 2018, par une hausse de 1,7 point du taux de la CSG (contribution sociale généralisée), qui sert à financer la protection sociale.

►►► LIRE AUSSI | Les retraités appelés à manifester ce jeudi pour le maintien de leur pouvoir d'achat

Chez les salariés du privé, elle sera compensée par la suppression des cotisations chômage et maladie. Chez les retraités, elle sera appliquée à ceux dont la pension est supérieure à 1 200 euros mensuels. La compensation, en revanche, n'est pas à la hauteur : les pensions s'apprêtent à être revalorisées de 0,8% au 1er octobre. "Insuffisant", répond Jean-Pierre Dumartin, ancien agent EDF, à la retraite depuis 17 ans.

Pour moi dans l'année, ça fait 611 euros en moins

Jean-Pierre Dumartin a pris sa calculette. Cette hausse va faire perdre, à sa femme et à lui, 611 euros par an, soit un peu plus de 50 euros par mois. "Des places de cinéma qu'on n'achètera pas, un plein d'essence et le caddie qu'on remplit un peu moins", explique-t-il.

Dans le même temps, la revalorisation des retraites, promise début octobre, va rapporter 24 euros par mois à Jean-Pierre et son épouse. "Ça fait quand même quatre ans que c'est blanc pour nous et que les pensions baissent un tantinet avec les hausses de taxes, etc".

Les yeux rivés sur le compte en banque

Depuis qu'il est parti en retraite, il y a 17 ans, Jean-Pierre a vu sa retraite grignotée peu à peu. À l'époque, il était "satisfait" de ce qu'il avait comme pension de retraite. Aujourd'hui, il est "insatisfait et en colère".

Même s'il dit vivre "correctement", notamment parce que ses enfants, ses petits-enfants ont des emplois qui leur permettent de subvenir à leurs besoins, Jean-Pierre Dumartin a dû adapter son mode de vie. "J'ai un sentiment fort d'avoir perdu du pouvoir d'achat, précise-t-il, parce que de l'autre côté, la vie quotidienne augmente, du coup il faut s'adapter. On avait pour objectif à la retraite, de voyager un peu plus et fatalement, ça s'est arrêté depuis 10 ans. Et puis on est obligé de regarder quotidiennement ou hebdomadairement notre compte en banque parce que ça file et si on ne fait pas attention, on est vite dans le rouge et rattrapé par un surendettement".

Jean-Pierre Dumartin s'apprête donc à protester, à manifester à Mont-de-Marsan. Le rassemblement est prévu ce jeudi 28 septembre à 10h30, devant la préfecture.