Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Hausse des prix du carburant : Des mobilisations prévues un peu partout le 17 novembre dans nos départements

lundi 5 novembre 2018 à 1:26 - Mis à jour le lundi 5 novembre 2018 à 16:38 Par Théo Caubel et Stéphanie Mora, France Bleu Occitanie

Face à la aux prix du carburant qui ne cesse d'augmenter, la mobilisation s’organise sur les réseaux sociaux. Des appels aux blocages sont prévus dans tous nos départements.

De nombreux blocages sont prévus dans tous nos départements.
De nombreux blocages sont prévus dans tous nos départements. © Radio France - Julien Laignez

Va-t-on vers une mobilisation d'ampleur ? En tout cas sur les réseaux sociaux la colère gronde face aux prix du carburant qui augmentent. Les appels à la mobilisation le 17 novembre se multiplient et ils fédèrent. Par exemple, les trois principaux groupes Facebook de Haute-Garonne regroupent déjà près de 15 000 personnes. 

Des appels de "simples citoyens"

Ces mouvements sont initiés par des personnes qui se définissent comme de "simples citoyens". Ils rejettent toute récupération politique ou syndicale. 

Pour l'instant, la mobilisation s'organise. Sur certaines pages des horaires et des lieux d'actions ont été précisés. Des sondages ont même parfois été créés pour définir les lieux de blocages les plus stratégiques. Une charte de bonne conduite circule. Elle appelle par exemple à venir le visage découvert, de ne pas allumer de feu ou de fumigène. Et elle rappelle que chacun sera responsable de ces actes.

Des réunions prévues cette semaine

Mais face à l'ampleur que prend la mobilisation, les administrateurs de ces groupes Facebook tentent de s'organiser. Plusieurs d'entre eux ont prévu des réunions publiques dans les prochains jours. Car pour l'instant ces rassemblements restent très virtuels. En milieu de semaine dernière, les préfectures de nos départements indiquaient n'avoir reçu aucune déclaration de manifestations.

"On ne nous propose pas d'alternative crédible"

"Pendant 30 ans le gouvernement a tout fait pour le diesel et aujourd'hui on nous demande de tout changer en deux ans. Oui les particules fines sont dangereuses pour la santé. Mais moi ce que je vois c'est que les batteries de voitures électriques ne sont pas recyclables et puis aujourd'hui la plupart des Français ne peuvent pas refaire de crédit même avec des primes à la casse doublées." Thomas Leroyer gère une page pour le mouvement du 17 novembre à Toulouse qui regroupe 10 000 personnes

RÉÉCOUTER l'interview de Thomas Leroyer porte-parole du mouvement du 17 novembre à Toulouse : "si les Toulousains veulent s'exprimer qu'ils sortent dans la rue"