Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Hausse du chômage en Bretagne en avril : du jamais vu depuis 1996

C'était attendu. Le nombre d'inscriptions à Pôle Emploi a bondi dans des proportions jamais vues depuis 1996 ! La Bretagne est particulièrement touchée avec une hausse du nombre de demandeurs d'emploi de plus de 30% sur un mois.

Une agence Pôle Emploi. (Illustration)
Une agence Pôle Emploi. (Illustration) © Radio France - Isabelle Baudriller

Sans surprise, au mois d'avril, les chiffres de l'emploi ne sont pas bons. Le nombre de chômeurs a bondi de plus de 22% au niveau national. La plus forte hausse mensuelle depuis 1996. 843.000 personnes se sont inscrites à Pôle Emploi entre les mois de mars et avril. A cela il faut ajouter les salariés en chômage partiel.

Plus de 278.000 Bretons inscrits à Pôle Emploi

La Bretagne ne fait pas figure d'exception dans ce marasme. Au contraire. Dans la région, le nombre de chômeurs de catégorie A (qui n'exercent aucune activité) a connu une progression de 30,1%. 278.340 Bretons étaient inscrits à Pôle Emploi à la fin du mois d'avril, parmi eux, 195.620 n’exerçaient aucune activité. Avec la mise en place du confinement, les demandeurs d'emploi qui auraient dû travailler ont vu leur contrat s'interrompre.

L'Ille-et-Vilaine plus touchée que les autres départements bretons

Le Finistère, le Morbihan et les Côtes-d'Armor s'en tirent un peu mieux que l'Ille-et-Vilaine où la hausse est supérieure à la moyenne régionale (+31,8%). Il faut remonter à 1996, date du début du suivi statistique pour retrouver une telle augmentation sur un mois.

Les jeunes de moins de 25 ans et les hommes sont les plus durement touchés par la crise, alors que les plus de 50 ans sont relativement épargnés. Avec la mise en place du confinement, les demandeurs d'emploi qui auraient dû travailler ont vu leur contrat s'interrompre. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess