Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Hausse du prix du tabac : "Nous sommes en train de revisiter nos commerces", dit le patron des buralistes en Corrèze

vendredi 1 mars 2019 à 10:36 Par Fabienne Joigneault, France Bleu Limousin

"Le buraliste doit devenir le drugstore de demain", affirme Frédéric Vergne, président de la chambre syndicale des buralistes de la Corrèze, alors qu'une nouvelle hausse de prix entre en vigueur ce 1er mars. Face à la baisse des ventes, la profession est en train de se diversifier.

Frédéric Vergne dans son bureau de tabac de Beynat (archive 2017)
Frédéric Vergne dans son bureau de tabac de Beynat (archive 2017) © Radio France - Nicolas Blanzat

Beynat, France

Le gouvernement poursuit sa politique de hausse des prix du tabac : 50 centimes de plus en moyenne par paquet, et encore 50 centimes de plus à venir, en novembre prochain, pour atteindre 10 euros le paquet en 2020. "C'est énorme", reconnaît Frédéric Vergne, "mais nous ne pouvons pas aller contre la politique de santé publique". Le président de la chambre syndicale des buralistes de la Corrèze répondait à 8h15 aux questions de Nicolas Blanzat sur France Bleu Limousin.

Saisies des douanes en hausse et ventes en baisse

"Nous allons avoir un réel changement", estime-t-il, car les ventes sont en forte baisse. Moins 10% en 2018. Et dans le même temps, des saisies en hausse de 15% chez les douanes. "Nous souhaitons que le gouvernement tienne bon, car cette contrebande fait beaucoup de mal au réseau", explique le patron des buralistes corréziens, qui note qu'elle ne se limite plus aux zones frontalières. 

Acheter un billet de TER, ou payer ses impôts au bureau de tabac... Pourquoi pas ?

Frédéric Vergne dit attendre des échanges avec le gouvernement, sur l'aide à la transformation du réseau."Le buraliste doit devenir le drugstore de demain", résume-t-il. Il est question de vendre des billets de train, d'être des relais de la Poste dans certains villages ou quartiers. Il y a aussi le service carte grise : "nous sommes en train de revisiter nos commerces"

Le réseau des buralistes répond notamment à un appel à projet pour que permettre aux contribuables de payer leurs impôts en liquide, là où il n'y a plus de trésorerie."Le buraliste est souvent ouvert 14 heures par jour, 7 jours sur 7", rappelle Frédéric Vergne, _"et rend un maximum de services,_c'est le premier commerce de proximité, avec 10 millions de clients par jour"