Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Haute-Savoie : dans la vallée de l'Arve, grosse reprise d'activité du décolletage mais pas de main d'œuvre

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

A l'occasion du lancement ce lundi à Cluses (Haute-Savoie) du plan d'accompagnement des entreprises industrielles de la vallée de l'Arve, les patrons du décolletage ont exprimé leur difficulté à retrouver la main-d’œuvre qualifiée perdue l'été dernier au plus fort de la baisse d'activité.

Illustration industrie du décolletage dans la vallée de l'Arve
Illustration industrie du décolletage dans la vallée de l'Arve © Maxppp - Bernard Damay

Dévoilé en janvier par le gouvernement, le plan d'accompagnement des entreprises industrielles de la vallée de l'Arve frappées par la crise économique induite par la pandémie, a été lancé hier à Cluses en présence du préfet de Haute-Savoie, Alain Espinasse, et devant une 30 aine de patrons du décolletage. L'occasion pour eux d'exprimer leurs difficultés du moment, leurs besoins financiers mais aussi humains et la complexité d'une diversification indispensable mais délicate de leur activité pour ne plus être dépendants  à 80% des marchés automobile et aéronautique.  

On se demande où sont les candidats

A Thiez, Valérie Ferrarini dirige avec son mari l'entreprise éponyme sous-traitante du constructeur automobile allemand Audi-Volkswagen. En juillet dernier, pour faire face à une baisse de 70% du chiffre d'affaires, il a fallu licencier. L'effectif a diminué de 50 à 37 collaborateurs. Mais aujourd'hui "nous ne comprenons pas. Alors que nous avons une forte activité, nous avons de grosses difficultés à recruter. Nous avons essayé de rappeler les personnes. La plupart ne répond pas, surtout dans les secteurs vraiment techniques."

Sans visibilité pas de CDI à proposer 

La cheffe d'entreprise entrevoit malgré tout un élément d'explication à ce désintérêt. "_Les gens recherchent des emplois durables, et nous ne leur proposons actuellement que des missions_. Même pas des CDD et encore des CDI tant nous manquons de visibilité et craignons un nouveau soubresaut et plongeon, qui nous obligera à licencier à nouveau et ça c'est un vrai traumatisme."

Parallèlement à ce plan d'accompagnement, 44 projets de modernisation ou diversification sont labellisés dans le cadre du plan national de relance pour un montant d'environ 35 millions d'euros.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess