Économie – Social

Haute-Savoie : une boulangerie propose la baguette de la solidarité

Par Richard Vivion, France Bleu Pays de Savoie lundi 24 mars 2014 à 15:38 Mis à jour le mardi 25 mars 2014 à 8:00

baguette en attente ville la grand photo
baguette en attente ville la grand photo © Radio France - Richard Vivion

Une boulangerie de Ville-la-Grand pratique le principe de la "baguette en attente". Depuis un peu plus de trois mois, les clients peuvent acheter une baguette qui sera ensuite récupérée, le jour même, par une personne démunie. Un geste de solidarité tout simple et qui marche.

Dans la boulangerie de Patrick et Laurence Dupont située au cœur de Ville-la-Grand, on peut entendre des commandes un peu bizarres. "Mettez-moi une baguette en attente" dit cette dame. Alors non, il ne s’agit pas d’une nouvelle variété de pain. "La baguette en attente, explique le boulanger, c’est une baguette supplémentaire que nos clients achètent mais elle reste ici. Elle sera récupérée, tout à l’heure pas une personne démunie."

Voilà pour le principe. Le client achète une baguette à 95 centimes et l’offre à quelqu’un qui n’a pas les moyens* de s’acheter un peu de pain frais. "La solidarité c’est important, explique cette habituée de la boulangerie. Et en plus, avec ce système, on est certain que cela va directement à ceux qui en ont besoin." *

"Entre vingt et trente baguettes achetées et redistribuées quotidiennement"

Cette opération de la baguette en attente existe depuis plusieurs années en France. Patrick et Laurence Dupont se sont lancés dans cette aventure le 23 janvier dernier. "Un matin, en écoutant votre radio (France Bleu Pays de Savoie) j’ai entendu un reportage sur l’ouverture des Restos du Cœur. Il y avait une dame, chef d’entreprise qui n’arrivait pas à joindre les deux bouts et qui allait y prendre de la nourriture. C’est là que je me suis dit qu’il fallait que je fasse quelque chose."

baguette en attente ville la grand son

En trois mois, et grâce à l’aide de plusieurs associations d’aide aux démunis, la nouvelle s’est vite répandue. "Aujourd’hui, ce sont entre vingt et trente baguettes qui, tous les jours, sont achetées et redistribuées" indique derrière sa caisse, Laurence Dupont.

"Et pour les bénéficiaires, c’est un vrai plus", ajoute Gilbert Asselineau. Il s’occupe d'Alfaa, une association qui aide 350 personnes sur Ville-la-Grand. "C’est un enchantement, elles peuvent manger du pain frais tous les jours. C’est un rayon de soleil." Mélanie, un petite brune de 28 ans, ne dit pas le contraire. Cette jeune maman célibataire vie avec son petit garçon. "Quand on a pas beaucoup d’argent, un euro pour le pain c’est beaucoup. Là, je peux avoir du bon pain, c’est bien."

Dans leur boulangerie de Ville-la-Grand, Laurence et Patrick Dupont sont fiers d’avoir mis en place ce système de la "baguette en attente" . Maintenant, ils aimeraient aussi que d’autres boulangers haut-savoyards les imitent.

baguette en attente ville la grand reportage