Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Economie - Benoît Coquart, Directeur Général de Legrand : "On va repartir en croissance en 2021"

-
Par , France Bleu Limousin

Comme toutes les entreprises, le groupe limousin Legrand a connu une année 2020 particulière, crise sanitaire oblige, mais a limité la casse. Comment ? Et quelles sont les perspectives ? Benoît Coquart, le Directeur Général du groupe Legrand était l'invité de France Bleu Limousin ce mardi matin.

Benoît Coquart, Directeur Général du groupe Legrand, basé à Limoges
Benoît Coquart, Directeur Général du groupe Legrand, basé à Limoges © Radio France - Alain Ginestet

Comme toutes les entreprises, le groupe limousin Legrand a connu une année 2020 particulière, crise sanitaire oblige, mais a limité la casse. Comment ? Et quelles sont les perspectives ? Benoît Coquart, le Directeur Général du groupe Legrand, seule entreprise limousine du CAC 40, était l'invité de France Bleu Limousin ce mardi matin. 

Une baisse de chiffre d'affaire contenue et des économies

L'entreprise , fleuron limousin de l'industrie et géant mondial de l'équipement électrique, a connu une baisse de 8% du chiffre d'affaires en 2020. "L'année a été assez atypique", reconnaît Benoît Coquart, "mais quand on fait le bilan de l'année finalement, à la fois en terme de baisse de CA et en terme de baisse de marge limitée à 1 point, les résultats sont de bonne tenue et démontrent une bonne résistance du groupe" explique-t-il. 

En effet, la rentabilité du groupe est restée très satisfaisante l'an dernier, avec une "marge opérationnelle ajustée" de 19% contre 20% un an plus tôt. Comment est-ce possible ? En contenant cette baisse de chiffre d'affaires tout en agissant sur les dépenses et sur l'offre du groupe. "On a continué à lancer de nouveaux produits, on a été très actifs en matière commerciale, et on réduit un certain nombre de dépenses, je pense en particulier aux déplacements, on a tous appris à fonctionner avec les outils digitaux" explique notamment le DG du groupe historiquement basé à Limoges.

Dividendes en hausse, négociations salariales en cours

Lors de la publications de ses résultats annuels, il y a deux semaines, Legrand a par ailleurs annoncé le versement d'un dividende de 1,42 euro par action au titre de 2020, en hausse par rapport à celui de 2019. Était-ce le bon moment ?  "Nous avions demandé l'année dernière à nos actionnaires de geler leurs dividendes, un effort qu'ils ont accepté. Il me semblait normal, alors que les résultats tiennent bon en dépit du contexte, de faire cette hausse qui était initialement prévue l'an dernière", a défendu Benoît Coquart.

Concernant les négociations salariales annuelles, qui ont eu lieu en ce moment, Benoît Coquart a mis en garde "contre les raisonnements simplistes en la matière", et précise : "quand on regarde la valeur ajoutée créée par Legrand,50% de cette richesse va aux salariés, et c'est très bien, et moins de 15% de cette richesse va aux actionnaires et aux prêteurs. Donc, on ne pas comparer des choses incomparables". 

50% de la richesse va aux salariés, et moins de 15% de la richesse va aux actionnaires

En ce qui concerne les négociations, Benoît Coquart rappelle que l'an passé la Direction a "fait preuve de responsabilité vis-à-vis de ses salariés, nos avons maintenu les augmentations générales, nous avons maintenus les augmentations individuelles, nous avons maintenu le versement de la participation et de l'intéressement, nous n'avons pas fait appel au dispositif de chômage partiel qui se serait traduit pas des baisses de rémunération, donc ces éléments là sont à garder en tête". Interrogé sur le souhait de certains syndicats de voir des contrats précaires intégrés, "nous aimerions tous faire des embauches, il n'y a pas de plus grande satisfaction pour un groupe comme Legrand". Mais "tout dépend de la conjoncture" prévient le Directeur Général de Legrand. "On pense qu'on va repartir en croissance en 2021, mais il y a évidemment une corrélation très forte entre l'activité économique et notre capacité à faire des embauches" détaille-t-il.

Justement, concernant les perspectives, Benoît Coquart s'est montré prudent sur l'année à venir, mais très confiant sur le plus long terme, car "nous sommes positionnés sur les bons segments de marché, nous sommes sur le télétravail, sur les data-centers, sur l'audio-vidéo, sur l'assistance à l'autonomie, sur l'efficacité énergétique, donc tout cela ce sont des segments de marché qui vont être poussés post-Covid, et dont on devrait bénéficier" a-t-il conclu. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess