Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Hauts de Belfort : la société Vitalaire frappée par un plan social

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Un plan social est en cours à la société Vitalaire des Hauts de Belfort, spécialisée dans la distribution à domicile d'équipements de santé. Neuf salariés du même service vont perdre leur poste. La CGT appelle à la mobilisation.

 La société Vitalaire installée sur les Hauts de Belfort s'apprête à réduire ses effectifs
La société Vitalaire installée sur les Hauts de Belfort s'apprête à réduire ses effectifs - Capture d'écran

Il ne fait pas bon travailler dans le domaine de la santé actuellement sur les Hauts de Belfort. Après l'annonce de la fermeture du centre de distribution des laboratoires Boiron, on apprend qu'une autre société est en difficulté : Vitalaire ou un plan social vient d'être lancé. Les représentants du personnel en ont été informés le 8 septembre dernier lors d'une réunion du CSE à Paris, le Comité Social et Economique. Filiale du groupe Air Liquide, la société Vitalaire installée sur les Hauts de Belfort va réduire ses effectifs. Spécialisée dans la distribution à domicile d'équipements de santé (respirateurs, ventilateurs, oxygène, perfusions, ...), elle s'apprête à licencier neuf de ses 85 salariés dans le cadre d'un plan social qui va toucher d'autres agences en France.

La baisse des remboursements par la sécurité sociale en cause 

Ce sont neuf employés en CDI du même service qui vont perdre leur poste. Le service approvisionnement et maintenance va être supprimé. Il était en charge de la distribution du matériel médical dans les agences du quart nord Est. " Il s'agit de licenciements économiques. C'est incompréhensible car on a toujours eu de bons résultats", indique Christelle Dupleix, déléguée CGT à Belfort. Vitalaire perd des parts de marché, est aussi victime de laconcurrence et du déremboursement par la sécurité sociale de certains de ses équipements, précise le syndicat.   

De nouvelles grèves à venir ?

La CGT est décidée à se battre aux côtés des salariés. Une partie du personnel a fait grève le 17 septembre dernier devant le site. Vitalaire, c'est 62 agences et antennes en France. 

Selon les prévisions, 38 collaborateurs risquent de perdre leur emploi dont le quart travaille sur les Hauts de Belfort. " C'est un gros coup de massue. Les salariés sont abasourdis. C'est un peu comme un deuil avec plusieurs étapes. Ce n'est que la première", conclut la CGT qui indique que le site de Belfort sera le plus touché par ce plan de restructuration. Il doit entrer en vigueur à partir de la rentrée 2021, toujours selon le syndicat.   

Pour une meilleure organisation de la logistique et un meilleur service au client, selon la direction

Vitalaire compte 195 collaborateurs de la région Est qui prennent en charge plus de 30 000 patients atteints de pathologies chroniques sur la région, indique la direction. Ce plan de restructuration s'imbrique dans "un projet de réorganisation de notre chaîne d'approvisionnement qui a pour objectif d'harmoniser nos standards de qualité et d'optimiser l'organisation de notre logistique pour mieux servir les patients que nous accompagnons". Le processus d'information-consultation en cours durera plusieurs semaines. Le projet serait donc déployé progressivement, tout en étant soutenu par un dispositif d'accompagnement du changement et en privilégiant le reclassement interne. Une solution qui rend sceptique la CGT.  " Ce sera possible mais pas pour tout le monde. A Belfort, on n'y croit pas car le site Air Liquide le plus proche, c'est à deux heures de chez nous. Il n'y a pas beaucoup de choix pour nous à Belfort", constate Christelle Dupleix.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess