Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Hauts-de-France : l'impact économique du confinement est d'une "violence sans précédent" d'après la CCI

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu Picardie

La Chambre de commerce et d'industrie des Hauts-de-France a mené une enquête entre le 25 et le 29 mars dernier auprès des entreprises de la région sur les conséquences économiques du confinement à cause de l'épidémie de coronavirus. Les résultats ne sont pas rassurants.

Le beffroi de la CCI de Lille, l'un des symboles des Hauts-de-France
Le beffroi de la CCI de Lille, l'un des symboles des Hauts-de-France © Radio France - Antoine Sabbagh

Après la crise sanitaire, il faut s'attendre à une crise économique importante, prévient Philippe Hourdain, le président de la Chambre de commerce et d'industrie des Hauts-de-France (CCI) qui a réalisé une enquête auprès des entreprises de la région. L'enquête a été réalisée entre le 25 et le 29 mars dernier et 3 200 chefs d'entreprises ont répondu sur les 20 000 sollicités.

Sur ces 3 200 entreprises, "99% sont touchées" à plus ou moins grande échelle par les conséquences du confinement affirme Philippe Hourdain. Ce chiffre est considérable. Selon le président de la CCI, tous les secteurs d'activités sont touchés. L'hôtellerie-restauration en premier lieu, mais aussi le commerce de détails, les services aux particuliers, le BTP et la grande distribution. "Personne n'est épargné", insiste le président de la CCI qui parle d'une crise d'une "violence sans précédent". La baisse moyenne du chiffre d'affaire est de 44%.

58% des chefs d'entreprises se disent qu'ils vont devoir licencier

L'inquiétude est chaque jour plus palpable et plus le confinement va durer, plus il sera difficile de s'en relever, analyse Philippe Hourdain, qui note qu'à ce jour 7% des chefs d'entreprises disent qu'ils vont devoir licencier du personnel. Ce chiffre monte à 58% si le confinement venait à être prolonger. A cela il faut ajouter la crainte des dépôts de bilan. 65% des chefs d'entreprises craignent d'y être contraints si jamais la situation perdure.

Les mesures du gouvernement : essentielles mais pas suffisantes

Le gouvernement a engagé des mesures fortes pour soutenir les entreprises : reports de créances, de paiements des charges, prise en charge du chômage partiel. C'est important, reconnaît Philippe Hourdain, mais pour ceux qui ont des trésoreries faibles ce ne sera pas suffisant. Et puis des prêts ou des reports, il faudra les payer un jour. "On ne va pas se remettre d'un confinement aussi dur en quelques jours", prévient le président de la CCI qui s'attend à des conséquences durables et profondes de cette crise.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu