Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le gouvernement souhaite un autre repreneur que Jingye pour British Steel à Hayange

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Lorraine Nord

Le groupe chinois Jingye va finaliser le rachat des activités britanniques du groupe sidérurgique, mais pas le site mosellan qui emploie 450 salariés. Le gouvernement Français privilégie une autre solution.

L'usine British Steel d'Hayange
L'usine British Steel d'Hayange © Radio France - Lauriane Delanoë

Hayange va devoir attendre. Le Chinois Jingye a annoncé ce mardi 4 mars qu'il allait finaliser le rachat du groupe sidérurgique British Steel, qui est en faillite depuis mai 2019. Mais cette transaction ne comprend pas l'usine mosellane et ses 450 salariés qui fabriquent des rails de chemin de fer.

Dans un communiqué, Jingye indique qu'il est toujours intéressé par le site de Hayange qui avait été racheté à des Indiens par British Steel en 2016. L'industriel chinois espère toujours obtenir le feu vert de Bercy

Ce rachat sans Hayange sème un peu le doute ". On rajoute de l'incertitude à l'incertitude " , explique Patrick Tintanet, représentant CFE-CGC du site mosellan. 

Patrick Tintanet, de la CFE-CGC de British Steel à Hayange

Deux cas de figure

Alors quel avenir à court terme pour British Steel à Hayange ?  Les syndicats évoquent deux cas de figures. Le Gouvernement  donne son feu vert à Jingye pour reprendre prochainement le site mosellan. Si ce n'est pas le cas, une procédure de rachat de l'usine hayangeoise sera lancée devant le tribunal commercial de Strasbourg. Selon les syndicats, d'autres repreneurs, autres que Jingye, sont aussi intéressés. Une audience est prévu le 13 mars devant la chambre commerciale du tribunal de Strasbourg. 

Jingye "n'est pas la solution privilégiée" par le gouvernement

L'entourage du Ministre Bruno Le Maire suit le dossier de très près et ne s'en cache pas, la reprise par le Chinois Jingye du site d'Hayange "n'est pas la solution privilégiée". Contacté par France Bleu Lorraine, le ministère de l'économie souhaite voir un repreneur Français, ou Européen et en dernier recours "un groupe étranger qui investit depuis longtemps en France et bien connu du gouvernement", ArcelorMittal installé dans la vallée de la Fensch pourrait par exemple avoir le profil. 

"Pas d'inquiétude pour les salariés"

Pour Bruno le Maire, British Steel à Hayange est une belle entreprise, un site stratégique. Les carnets de commande de rail de chemin de fer sont pleins. Selon un conseiller, les syndicats du site Mosellan sont régulièrement reçus à Bercy, il y aura d'ailleurs une réunion encore ce vendredi.  "Il n'y a aucune inquiétude à avoir pour les salariés" explique le ministère de l'économie. Selon les informations de France Bleu Lorraine, il y a plusieurs dossiers de reprises dans les mains du mandataire judiciaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu