Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Hayange : l'entreprise British Steel devrait changer de propriétaire

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

L'usine British Steel d'Hayange devrait changer de main. Son propriétaire britannique est en faillite depuis le mois de mai. Le site, qui emploie 420 personnes, devrait passer sous le pavillon du Chinois Jingye. Mais il reste encore des incertitudes pour les emplois.

L'usine est la dernière de France à fabriquer des rails de chemin de fer.
L'usine est la dernière de France à fabriquer des rails de chemin de fer. © Maxppp - Julio Pelaez

Hayange, France

L'usine British Steel d'Hayange change - encore - de propriétaire. L'aciériste britannique, en faillite depuis le printemps dernier, va être racheté par le groupe chinois Jingye. L'annonce a été faite ce lundi par les autorités londoniennes. Jingye va reprendre la majorité des entreprises détenues actuellement par British Steel, dont celle d'Hayange, qui emploie 420 personnes, pour laquelle il faut encore l'aval du ministère de l'économie.

Et ce rachat, c'est peut-être le dernier épisode d'un feuilleton qui dure déjà depuis longtemps : il y a à peine plus de trois ans, British Steel s'appelait encore Tata Steel. Il faut dire qu'en dix ans, l'usine a changé cinq fois de propriétaire ! Le dernier en date, British Steel, est donc déclaré en faillite en mai dernier. Mi-août, un fonds de pension de l'armée turque semble se porter candidat. Mais finalement, il n'en est rien. Et à chaque fois, la même interrogation pour les salariés : quelles conséquences pour l'emploi ?

Carnet de commande rempli

Jingye, le nouveau propriétaire de British Steel, explique dans un communiqué qu'il "prévoit d'investir 1,2 milliard de livres dans l'entreprise sur la prochaine décennie, pour rénover les usines et machines, améliorer la performance environnementale et doper l'efficacité énergétique". Mais dans le même temps, l'entreprise basée au sud de la capitale, Pékin, affirme aussi vouloir "baisser les coûts" et ne précise pas le nombre d'employés qu'elle souhaite conserver. Jingye précise en tout cas qu'il compte "faire des offres à autant d'employés que possible".

À Hayange, où on fabrique des rails de chemin de fer, le carnet de commande est rempli, ce qui peut inciter à la confiance. Un CSE (comité social et économique) doit se tenir ce mercredi sur le sujet.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu