Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Stellantis ex-PSA à Sochaux

Hérimoncourt : l'Allemand WELP pourrait créer 200 emplois sur l'ex-site PSA, un obstacle financier à surmonter

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

On n'a jamais été aussi proches d'un accord sur l'ancien site de PSA d'Hérimoncourt. Le sous-traitant automobile allemand WELP souhaite s'y installer et créer à terme 200 emplois. Mais l'agglomération doit d'abord racheter le site à Stellantis. Et l'ardoise est salée.

L'usine PSA d'Hérimoncourt se vide peu-à-peu
L'usine PSA d'Hérimoncourt se vide peu-à-peu © Radio France - Christophe Beck

Dans la grisaille actuelle du marché de l'emploi, une éclaircie  est peut-être en vue à Hérimoncourt, au sud de Montbéliard. Le groupe allemand WELP, un sous-traitant automobile spécialisé notamment dans les véhicules blindés, souhaite s'installer sur ce site délaissé par Stellantis depuis l'an dernier. Les dirigeants l'ont encore confirmé mardi 27 avril au groupe Sochalien et aux élus locaux, lors de réunions en visioconférence. WELP pourrait créer à terme 200 emplois.

Un investissement de plusieurs millions d'euros nécessaire

Sur le fond du projet, tous les acteurs sont d'accords : Stellantis, Pays de Montbéliard Agglomération (PMA) et évidemment WELP, qui souhaite même s'installer rapidement, dès le premier trimestre 2022. Mais l'écueil risque de venir des finances. La balle est dans le camp de PMA, qui doit avant toute chose racheter une partie du site à Stellantis, puis le réhabiliter et le dépolluer éventuellement. On parle donc de plusieurs millions d'euros d'investissement. "Rien n'est encore signé" tempère d'ailleurs la maire d'Hérimoncourt, Marie-France Bottarlini.

"L'argent ne doit pas être un écueil", insiste le député du Doubs, Frédéric Barbier

Reste que le projet a le soutien de tous les acteurs, qui veulent le voir aboutir : "C'est une formidable opportunité pour la réindustrialisation du site d'Hérimoncourt", souligne le député du Doubs, Frédéric Barbier, qui pousse fortement ce projet. "L'argent ne doit pas être un écueil sur ce dossier, ne soyons pas des enfants gâtés : une entreprise veut s'installer chez nous, créons les conditions pour qu'elle puisse le faire".

Un site attractif pour WELP

Le groupe allemand WELP veut s'installer dans le pays de Montbéliard pour plusieurs raisons : proximité de la filière cuir, mais aussi de l'usine Bugatti de Molsheim. Welp réalise en effet tout l'intérieur des voitures de luxe Bugatti : sièges, tableaux de bord, habillage, etc. De plus, Pays de Montbéliard Agglomération a toujours fait part de sa volonté de réindustrialiser le site d'Hérimoncourt. Mais il n'est pas certain qu'il souhaite le faire à n'importe quel prix. D'autant plus qu'au départ, WELP ne prévoit qu'une douzaine de salariés, avant de monter en puissance progressivement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess