Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Hôpital de Nantes : environ 200 personnes manifestent pour défendre le service public

-
Par , France Bleu Loire Océan

Environ 200 personnes ont manifesté à Nantes, vendredi 14 février, devant l'hôpital, pour défendre le service public. Ils ont dénoncé des moyens humains et techniques en baisse et ont appelé les Nantais à venir les soutenir dans les cortèges.

Environ 200 personnes ont manifesté devant le CHU de Nantes, vendredi 14 février, pour défendre les missions de l'hôpital public et demander plus de moyens.
Environ 200 personnes ont manifesté devant le CHU de Nantes, vendredi 14 février, pour défendre les missions de l'hôpital public et demander plus de moyens. © Radio France - Clémentine Vergnaud

Environ 200 personnes ont manifesté, vendredi 14 février à Nantes, pour une manifestation à l'appel des collectif inter-urgences et inter-hôpitaux. Les personnels du CHU étaient appelés à "déclarer leur flamme" à l'hôpital public, en cette Saint-Valentin. Après quasiment un an de grève dans les urgences et les différents services, ils demandent toujours plus de moyens humains et techniques pour exercer correctement leur mission. Les responsables syndicaux ont ensuite été reçus en préfecture. 

Il faut arrêter d'être spectateur

"Seuls, les soignants n'y arriveront pas" : le constat de Stéphane Naulleau, secrétaire adjoint de la section Force ouvrière au CHU de Nantes, est amer. Il aimerait voir plus de Nantais dans le défilé. "A un moment donné, on est en train de détruire le service public et de privatiser de plus en plus certains services. Là, ce sera des soins à la carte bancaire." Les manifestants ont le sentiment d'être abandonnés par la société. "On alerte sur le fait que, nous, on exerce une certaine forme de solidarité vis-à-vis des patients et des malades mais qu'on ne sent plus cette solidarité vis-à vis de nous", explique Vincent Mevel, de la CFDT. 

L'enjeu est pourtant bien plus large que l'hôpital public, d'après les responsables syndicaux. "Il faut arrêter d'être spectateur !", s'agace Olivier Terrien, responsable CGT à l'hôpital. "On est en train d'attaquer la branche santé donc si on continue à être spectateur, la sécurité sociale va disparaître..." Tous le déplorent : avec son service minimum et ses réquisitions, l'hôpital n'a pas la même capacité à se faire entendre que d'autres secteurs de la fonction publique.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu