Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 15 départements en vigilance rouge, 49 en orange

Hôpital : des milliers de soignants manifestent à Paris et en région

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Paris

Plusieurs milliers de personnes ont défilé ce mardi à Paris et en région à l'appel de plusieurs organisations syndicales, dont la CGT et le Collectif Inter-Hôpitaux, pour réclamer plus de moyens pour l'hôpital.

Manifestation pour réclamer davantage de moyens pour l'hôpital à Paris, le 14 juillet 2020.
Manifestation pour réclamer davantage de moyens pour l'hôpital à Paris, le 14 juillet 2020. © AFP - Xosé Bouzas / Hans Lucas

Ils demandent davantage de moyens pour l'hôpital. Plusieurs milliers de personnes ont manifesté ce mardi à Paris et en région à l'appel de plusieurs organisations syndicales, dont la CGT, Solidaires et le Collectif Inter-Hôpitaux. Au total six organisations avaient appelé à une journée d'action nationale en ce 14-Juillet, marqué par un hommage aux soignants mobilisés dans la lutte contre la Covid-19, place de la Concorde.

Déçus par le Ségur de santé

Dans le cortège parisien, parti vers 14h00 de la place de la République, de nombreux déçus par les accords signés lundi par certaines organisations syndicales dans le cadre du Ségur de la santé. "Le Covid a montré qu'on avait besoin de lits, on les a pas", a expliqué Guillaume Rosey, infirmier en neurologie à Maubeuge à l'AFP. "Il fallait créer des emplois. On ne les a pas. Il y a beaucoup de choses qui n'ont pas été abordées et on ne peut pas être satisfaits" a-t-il ajouté. "On avait demandé 300 euros pour avoir un salaire moyen au niveau de celui dans l'OCDE", or les accords prévoient une augmentation de l'ordre de 183 euros net mensuels pour les infirmiers des hôpitaux et personnels d'Ehpad publics. Des figures du mouvement des "gilets jaunes" ainsi que le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, le chanteur Francis Lalanne ou encore le député (LFI) Eric Coquerel ont défilé aux côtés des soignants.

Aide-soignants, infirmiers, ASH se sont aussi mobilisés en région. Ils étaient environ 150 dans le centre-ville de Bordeaux (Gironde), la poitrine barrée d'une médaille en carton, reproduction de la médaille de la Monnaie de Paris créée pour remercier les soignants. A Lyon, quelque 500 personnes, parmi lesquelles de nombreux "gilets jaunes", ont défilé derrière une banderole "premiers de corvées, derniers considérés".  A Toulouse, 250 personnes selon la police et 400 selon les organisateurs ont pris part à la manifestation. Ils étaient une centaine à Tours, une cinquantaine à Besançon. Des rassemblements ont aussi eu lieu à Châteauroux, Saint-Étienne, Limoges, Clermont-Ferrand.

Une banderole déployée durant la cérémonie du 14-Juillet

A Paris, la manifestation a été marquée par des heurts sporadiques entre les forces de l'ordre et des manifestants en fin de cortège sur la place de la Bastille. Les gendarmes ont fait usage de gaz lacrymogène.

Par ailleurs, deux personnes ont été interpellées après avoir déployé une banderole sur laquelle était inscrit "Derrière les hommages, Macron asphyxie l'hôpital" et "L'économie nous coûte la vie" durant la cérémonie du 14-Juillet. D'après le collectif Inter-Hôpitaux, il s'agit d'un homme et d'une femme. Ils ont été arrêtés pour survol d'une zone interdite, ce qui est un délit tous les jours de l'année et pas seulement à cette occasion, a précisé une source policière à franceinfo.

Les accords salariaux ne doivent pas être considérés comme un "solde de tout compte" puisqu'ils seront suivis de nouvelles annonces, la semaine prochaine, notamment sur "l'organisation de l'hôpital" a réagi le ministre de la Santé, Olivier Véran. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess