Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Hôpital : Olivier Véran propose 6 milliards d'euros pour revaloriser les salaires des personnels non médicaux

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a proposé mercredi aux syndicats une enveloppe de six milliards d'euros pour revaloriser les salaires des infirmiers, des manipulateurs radio ou encore des techniciens de laboratoire.

 Lors de la manifestation des soignants, à Paris le 16 juin dernier.
Lors de la manifestation des soignants, à Paris le 16 juin dernier. © AFP - Philippe Labrosse

Alors que plusieurs syndicats et collectifs hospitaliers appellent à une nouvelle journée de mobilisation nationale mardi 30 juin 2020 pour réclamer plus de moyens, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a proposé mercredi aux syndicats une enveloppe de six milliards d'euros pour revaloriser les salaires des personnels hospitaliers non médicaux. Cette somme inclut une augmentation générale des salaires des agents de la fonction publique hospitalière (hôpitaux, Ehpad...), une refonte des primes, ainsi que des hausses ciblées sur certaines professions, qui pourraient être étendues aux établissements privés, ont précisé plusieurs sources à l'AFP.

Infirmiers, techniciens de laboratoires et manipulateurs radio concernés

Selon un projet d'accord discuté lors d'une précédente réunion vendredi, ces hausses ciblées concerneraient notamment les catégories soignantes (infirmiers, aides-soignants) et médico-techniques (techniciens de laboratoire, manipulateurs radio). L'augmentation générale des salaires dans le secteur public pourrait entrer en vigueur "à compter du 1er juillet".  

Les syndicats mitigés 

Six milliards, c'est "une somme importante", a souligné de son côté une responsable de la Fédération hospitalière de France (FHF), qui avait évalué les besoins à 5,5 milliards d'euros, mais pour le seul secteur public. Il "reste à travailler, négocier et s'accorder sur le périmètre et la répartition", a-t-elle insisté.

Pour un responsable syndical, un mois après le lancement du Ségur de la Santé, la négociation salariale peut désormais commencer, car "on connaît enfin le bas de la fourchette". A deux semaines de la conclusion du Ségur, "on entre dans le 'money-time'", a insisté ce syndicaliste.

Mais pour certains syndicats, qui revendiquent une "revalorisation générale des salaires" d'au moins 300 euros net par mois dans les établissements publics, le compte n'y est toujours pas. L'éventualité de devoir partager une partie de la somme avec le secteur privé, hypothèse qui ne figurait pas dans le projet d'accord, a ainsi surpris plusieurs participants, hostiles à cette idée.

Il faut que le gouvernement revoie complètement sa copie - Une responsable syndicale

"Il faut que le gouvernement revoie complètement sa copie", estime même une responsable syndicale, pour qui "la pression" repose désormais sur les épaules de "l'exécutif", qui a une "obligation de résultat".

Après le succès de la journée d'action du 16 juin, qui a réuni plusieurs dizaines de milliers de manifestants dans toute la France, plusieurs syndicats (CGT, FO, SUD, Unsa) et collectifs de soignants (Inter-Hôpitaux, Inter-Urgences) ont appelé à une nouvelle mobilisation le 30 juin. Une autre mobilisation est aussi envisagée le 14 juillet, sous une forme encore non définie, alors que le gouvernement a prévu de rendre hommage aux soignants en ce jour de fête nationale. Ils entendent ainsi maintenir la pression sur le "Ségur de la santé", qui doit concrétiser d'ici mi-juillet le "plan massif" promis par Emmanuel Macron afin d'améliorer le quotidien des soignants et l'accueil des malades.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu