Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Hôpital psychiatrique du Rouvray près de Rouen : un accord trouvé, la grève de la faim terminée

vendredi 8 juin 2018 à 15:30 Par Anne Bertrand et Bénédicte Courret, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu

La grève de la faim est terminée à l'hôpital psychiatrique du Rouvray, à Sotteville-lès-Rouen ce vendredi 8 juin 2018. Après 18 jours de bras de fer, un accord a été trouvé entre syndicats et direction. Selon nos informations, trente postes seront créés dans l'établissement.

Les négociations avaient repris depuis le début de la journée avec l'Agence régionale de santé.
Les négociations avaient repris depuis le début de la journée avec l'Agence régionale de santé. © Radio France - Anne Bertrand

Sotteville-lès-Rouen, France

La grève de la faim s'est terminée à l'hôpital psychiatrique du Rouvray, à Sotteville lès Rouen ce vendredi 8 juin 2018 dans l'après-midi. Le bras de fer durait depuis la fin du mois de mai et les négociations avaient repris au début de la journée ce vendredi. Selon nos informations, trente postes seraient créés pour répondre aux revendications des grévistes et un protocole d'accord signé avec l'Agence régionale de santé. Quatre agents étaient toujours en grève de la faim ce vendredi matin. Dès l'annonce de l'accord, celui d'entre eux qui était en grève depuis 18 jours a été transporté aux urgences  du CHU de Rouen pour un bilan de santé. Depuis le début du mouvement, plusieurs agents en grève de la faim ont dû être hospitalisés.

Sentiment de victoire

Parmi les agents présents ce vendredi après-midi à l'hôpital du Rouvray, c'est un sentiment de victoire qui domine.  Pour l'un d'eux, ce mouvement aura permis de poser "un autre regard sur la psychiatrie". Les salariés réclamaient 52 créations de postes pour avoir de meilleures conditions de travail et mieux accueillir les patients.